ANTONIO VIVARINI (DOC. VENETO, 1440/1476/1484) L'Annonciation Tempera... - Lot 2 - Aguttes

Lot 2
Aller au lot
Estimation :
200000 - 300000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 896 800EUR
ANTONIO VIVARINI (DOC. VENETO, 1440/1476/1484) L'Annonciation Tempera... - Lot 2 - Aguttes
ANTONIO VIVARINI (DOC. VENETO, 1440/1476/1484) L'Annonciation Tempera sur panneau de bois et stuc doré  1449-1450 98 x 90 cm BIBLIOGRAPHIE EN RAPPORT Gino Fogolari, La chiesa di Santa Maria della Carità di Venezia (ora sede delle Regie Gallerie dell'Accademia di Venezia). Documenti inediti di Bartolomeo Bon, di Antonio Vivarini, di Ercole del Fiore e di altri artisti, “Archivio Veneto-Tridentino”, V, 1924, pp. 9-10, pp. 57-118 Rodolfo Palluchini, I Vivarini : Antonio, Bartolomeo, Alvise, Venise, N. Pozza, Saggi e studi di storia dell'arte, 1961, 153 p. Giandomenico Romanelli, I Vivarini : lo splendore della pittura tra Gotico e Rinascimento (...), Venise, Marsilio, 2016, 167 p. Mattia Vinco, Antonio Vivarini in San Zanipolo a Venezia. Iconografia e nuovi documenti, Florence, De Stijl, 2018, 56 p. L'Annonciation Nous retrouvons la dimension novatrice de l'Oeuvre notamment dans la construction illusionniste de l'espace entre architecture feinte et peinte. Le fond paysagé par ailleurs, abandonne le fond or hérité du gothique international et qui s'essoufflera ultérieurement. S'inspirant de l'architecture contemporaine, il est probable que les bâtiments que l'on distingue derrière la muraille aient été visibles à Padoue ou Venise. C'est avec délectation que l'on parcourt la riche iconographie mise en Oeuvre dans la composition où chaque élément est signifiant. Les petits lapins blancs à gauche comme le potager fermé dissimulé derrière la colonne centrale évoquent la pureté virginale. Cette colonne justement, impressionnante par sa facture, est l'Incarnation. Elle est cet intermédiaire structurel entre Dieu le Père et la colombe du saint Esprit qu'il envoie toucher Marie de sa Grâce. L'ange est l'annonciateur du divin qui va se faire homme parmi les hommes. Sur terre, il sera le bon berger menant ses brebis dont le troupeau est représenté à gauche ; et dont le destin est de mourir pour eux sur la Croix du mont Golgotha représenté peut-être par la colline haute dans l'arcade de droite. Discrète mais éminemment présente, la Résurrection est suggérée par la présence du paon, animal dont les plumes tombent et repoussent chaque année. Si cette énumération de symboles n'est pas exhaustive, elle laisse entrevoir tout un discours iconographique et peut-être iconologique à étudier. Provenance À propos de son contexte de création, il est très probable que l'Annonciation soit l'une des Oeuvres décrites par Carlo Ridolfi dans son ouvrage La Maraviglie dell'arte (Venise, 1648, p. 21). Là, il dédie tout un chapitre à Giovanni et Antonio Vivarini et évoque une Annonciation réalisée pour Santa Maria della Carità de Venise. Modifiées par la suite en 1807, l'église et la Scuola Grande voisine furent regroupées et formèrent l'ensemble des Gallerie dell'Academia. Un grand chantier de rénovation de l'église et de la Scuola eut lieu de 1441 à 1463 sous l'impulsion du pape Eugène IV (1383 - 1447) et le vénitien Gabriele Condulmer, période durant laquelle de nombreux artistes se côtoyèrent et dont les noms ont été retrouvés par Gino Fogolari : les sculpteurs Panteleone di Paolo, Donatello (1386 - 1466), les peintres Ercole del Fiore ou encore le flamand Petrus Christus (actif entre 1444 - 1475/1476). Parmi eux sont mentionnés les noms d'Antonio Vivarini a qui a été commandé le maître-autel de l'église. Giovanni Bellini est par ailleurs évoqué comme ayant travaillé avec son atelier entre 1462 et 1464 sur quatre triptyques du jubé de l'église. Ainsi, la publication de Fogolari semble confirmer ce qu'écrit Ridolfi en 1648 puisqu'il rapporte qu'Antonio Vivarini aurait perçu quarante ducats pour une Annonciation. Le fait que d'Alemagna ne soit pas mentionné n'est pas étonnant puisqu'il avait dû décéder le temps que le paiement n'intervienne. Oeuvre exceptionnelle, tant par sa facture, que son contexte de création et ses aspects novateurs, cette Annonciation d'Antonio Vivarini et Giovanni d'Alemagna apparaît comme un héritage éblouissant de la peinture vénitienne du Quattrocento. ANTONIO VIVARINI ET GIOVANNI D'ALEMAGNA Antonio Vivarini (doc. Veneto, 1440/1476/1484) Giovanni d'Alemagna (doc. Veneto, 1441 - 23 juillet 1449/ 9 juin 1450) L'Annonciation Nous vous présentons une extraordinaire et inédite Annonciation du Quattrocento vénitien. Réalisée sans doute autour de 1449-1450, elle est l'Oeuvre des peintres Antonio Vivarini et Giovanni d'Alemagna et appartient à un corpus d'Oeuvres témoignant des évolutions majeures.La notice du catalogue a été rédigée à l’appui des éléments fournis par Mattia Vinco. Lire la suite dans le e-catalogue
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue