1937 DELAHAYE 135 COUPE DES ALPES COUPÉ CHAPRON 1

Lot 44
Aller au lot
Estimation :
40000 - 70000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 47 784EUR
1937 DELAHAYE 135 COUPE DES ALPES COUPÉ CHAPRON 1

Carrosserie élégante signée Chapron

Modèle performant et utilisable facilement

Dans la collection de Jean-Michel Cérède entre 1986 et 2014

Belle restauration ancienne joliment patinée


Carte grise française de collection

Châssis n° 47454

Moteur n° 47454


Fondée en 1894 par Emile Delahaye, la société commence son activité par la construction de moteurs ce qui lui permit, dès 1895, de produire le type 1, première voiture à recevoir l’allumage électrique. Lorsqu’Emile Delahaye disparaît en 1905, l’entreprise peut compter sur des hommes talentueux dont Charles Weiffenbach, qui la fait prospérer en construisant des voitures de grande qualité, fiables et rapides. En 1933, la firme s’oriente vers la production de grandes routières à caractère sportif et en 1935 démarre la production du type 135. Issu du type 138, le type 135 est proposé sur un nouveau châssis surbaissé avec un moteur 6 cylindres en ligne de 3,5 litres de 20 cv. Après l’essai d’une Delahaye 135 en 1938, le magazine spécialisé anglais “The Motor” écrivait : “Peu de voitures offrent  une telle tenue de route, une telle maniabilité et de telles performances.” Un tel jugement à l’égard d’une voiture française venant d’un journal britannique situe parfaitement le niveau des Delahaye à la fin des années 30. Le type 135 va connaître une carrière exceptionnellement longue. C’est une voiture à la fois solide, endurante, luxueuse et sportive qui donnera lieu à des versions de course et de rallye et à des cabriolets et coupés carrossés par les meilleurs stylistes de la période 1936- 1952. Delahaye fournissait en effet des châssis nus, le client pouvant alors choisir vers quel carrossier se tourner. Deux écoles de carrosserie étaient à la vogue : la traditionnelle avec Chapron, Letourneur & Marchand, Pourtout, Guilloré et la seconde qui recherchait un style nouveau avec Figoni & Falaschi, Saoutchik, Antem ou Autobineau. Au total, 2 592 Delahaye 135 ont été produites. Achetée en 2014 lors de la succession de Jean-Michel Cérède, cette voiture a toujours été conservée avec beaucoup de soin par son propriétaire. Attaché à l’histoire de chaque voiture de sa collection, Claude Gratzmüller avait été séduit par sa provenance mais aussi par l’équilibre de son dessin Chapron. Si l’on remonte dans son histoire, la voiture avait été achetée en 1964 par un étudiant en architecture qui l’avait alors immobilisée pendant une longue période dans un parking parisien. C’est à lui que Jean-Michel Cérède l’avait achetée en 1986 avant d’entamer une restauration complète du châssis, de la carrosserie et de la mécanique. La sellerie en cuir rouge avait été conservée et revêt aujourd’hui une délicieuse patine. Estelle bien celle d’origine ? Nous ne pouvons le confirmer mais pouvons le supposer. Le beau tableau de bord en bois rappelle quant à lui la nature sportive de ce modèle. S’agissant d’une «Coupe des Alpes», son six-cylindres 3,2 litres est équipé de trois carburateurs Solex type 40. Nous connaissions de réputation le penchant de Jean-Michel Cérède pour les rallyes de voitures anciennes, et à son volant, il parcourra plusieurs des milliers de kilomètres. D’ailleurs, à l’origine équipée d’une boîte électromagnétique Cotal, elle fut remplacée par une boite manuelle en 1990 pour un usage et un entretien plus facile. Cette Delahaye est un véritable coup de cœur stylistique en plus d’être utilisable facilement avec des performances lui permettant de faire honneur au luxe et à la sportivité de l’époque. 

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue