1958 AC ACE BRISTOL ROADSTER

Lot 35
Aller au lot
Estimation :
400000 - 500000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 390 360EUR
1958 AC ACE BRISTOL ROADSTER

5 propriétaires : le 1er de 1958 à 1964, le 2nd de 1964 à 1973, le 3ème de 1973 à 2016, le 4ème de 2016 à 2019.

Véritable « Time Capsule » jamais restaurée et affichant 27 899 miles d’origine au compteur.

Histoire exceptionnelle, accompagnée de l’ensemble de ses documents d’origine

Vendue avec un dossier historique

important retraçant toute son histoire

Vendue avec son pare-brise, ses parechocs, sa capote, ses sides creens et son tonneau cover d’origine

Matching Numbers


Titre de circulation belge

Chassis : BEX 481

Moteur: 100 D2 831 Bristol

Boite : BW CR 12830



Exceptionnelle à bien des égards, L’AC Bristol que nous présentons aujourd’hui est sans aucun doute l’un des roadsters de la marque les plus authentiques qui soit. Pour bon nombre de collectionneurs, l’histoire revêt un intérêt majeur, pour d’autres l’esthétique sera privilégié, pour certains l’authenticité prendra le dessus quand d’autres s’attacheront à un palmarès, quel qu’il soit. BEX 481, est de celles qui pourront combler toutes ces espérances avec un petit quelque chose en plus… un soupçon d’exotisme sur sa robe d’aluminium, sur ses cuirs patinés et dans sa définition originale voulu par son premier propriétaire Robert alias « Bob » Gubbins qui voyait en elle, de l’autre côté de l’Atlantique, la promesse de victoires en compétition. Parfaite ? On serait tenté de le dire…

Le châssis BEX 481 quitta l’usine de Thames Ditton pour le court trajet vers les quais de Londres le 16 juillet 1958, où il fut chargé pour être expédié dans les locaux de la Foreign Cars Associates à Detroit dans le Michigan. Commandé auprès de l’usine en Oxford Blue avec des sièges en cuir bleu, les freins à disque et, plus surprenant, d’un arceau jamais vu sur les commandes dédiées à l’Europe mais « obligatoire pour les courses américaine ». S’il peut faire sourire aujourd’hui… Il marque la vocation première de cette AC Bristol qui n’aura jamais cessé de courir sur les 13 premières années de sa vie…Six mois plus tard, le 11 janvier 1959, Gubbins immatricula le véhicule à son nom et le fit repeindre en Dunstan Blue Cadillac en ajoutant deux larges bandes blanche qui couraient depuis le capot avant jusqu’à la malle de coffre. Dès lors, la voiture ne cessa de courir sur les circuits. Il faut dire que ce dernier était un pilote privé émérite ayant beaucoup œuvré pour le développement de la compétition aux Etats-Unis et notamment pour le circuit de Waterford Hills dans le Michigan. BEX 481 courra pendant quatre ans aux mains de Gubbins, allant jusqu’à la frontière canadienne. La documentation en notre possession est colossale : photos d’époque, programmes de courses, articles de presse, factures, correspondances, certificats ou encore des laissez-passer « pilotes » ou « crew » complètent un dossier historique retraçant toutes les étapes de la vie de BEX 481. Le 15 février 1963, Gubbins commanda une seconde AC Bristol (BEX 1212) à l’usine qu’il fit également repeindre dans sa teinte fétiche et céda en mars 1964 BEX 481 à un membre de son assistance, Edwin W. Fischer. Ami proche de Gubbins, Ed Fischer devient son second propriétaire et courra au volant de BEX 481 pendant près de neuf années avec à son actif quelques bons résultats en classe 2000cc. Résidant à Chicago, il lui arrivait au début des années 70 de se rendre sur son lieu de travail au volant de son AC. C’est à cette occasion, le 26 décembre 1973 que BEX 481 allait entamer sa troisième vie aux mains d’un jeune retraité de la US Marine Corps, Paul Nawrocki. 

Selon les correspondances que nous avons retrouvées et qui seront jointes au dossier, Paul Nawrocki tomba amoureux des lignes de notre voiture et la conserva précieusement pendant 42 ans en prenant bien soin d’entretenir sa mécanique. Utilisée mais pas maltraitée, elle a accumulé une belle patine et quelques rides dignes d’un pur-sang dans sa soixantième année. Au fond, faute de moyen ou amateur bien éclairé, la carrosserie et la sellerie de BEX 481 ne furent jamais restaurées si bien qu’aujourd’hui, les affres du temps sont les témoins de son histoire. Belle à se damner, l’aluminium visible par endroit ou la patine des cuirs de ce bleu lagon incroyable lui donne une allure inimitable.

Repérée dans une annonce du bulletin du AC Owners ‘Club (ACtion). BEX 481 retrouva le sol britannique début 2016. Son propriétaire d’alors, le quatrième, parvient à rentrer en contact avec la fille de Bob Gubbins pour retracer son histoire. Les échanges de correspondances à travers l’Atlantique, ont permis de ressortir des photos supplémentaires, des instants de v

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue