1989 MASERATI 430 BITURBO

Lot 32
Aller au lot
Estimation :
12000 - 18000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 15 464EUR
1989 MASERATI 430 BITURBO

3e main depuis 21 ans

Tenue de route, polyvalence et fiabilité

Modèle ayant reçu les dernières évolutions

de la gamme


Carte grise française

Châssis : ZAM332B00JB207792


Ala fin des années 80, Maserati poursuit son évolution en déclinant en quatre portes sa Biturbo présentée quelques années plus tôt en coupé et en Spyder. Gardant la distinction entre modèles italiens et exports, la 430 marque une rupture par rapport à la 425 avec une nouvelle face avant, un moteur V6 2.8 à 3 soupapes par cylindre et un turbo par banc, un nouveau train avant et un autobloquant Torsen de dernière génération améliorant grandement sa tenue de route.

La voiture que nous présentons est immatriculée en mars 1989 au nom de Giulio Barbieri (ancien pilote sur Maserati A6CS/46 dans les années 50). Elle resta à l’usine Maserati jusqu’au 16 décembre 1994 où elle affichait 38.246 kms au compteur avant qu’une mécanique usine de 1 500 km ne soit installée avec les toutes dernières évolutions advenues entretemps sur la gamme avec l’arrivée de la 4 soupapes : suspensions pilotées, prises d’air sur le capot, spoilers avant et arrière, nouvelle calandre, nouveaux blocs de phares et roues en 16 au lieu des 15 d’origine. Son second propriétaire résident à Colmar la conserva jusqu’en mai 2000 en prenant soin d’effectuer toutes les opérations préconisées avant de la revendre à son actuel troisième propriétaire avec 78 500 km au compteur (41 750 km pour le moteur).

Si certaines mauvaises langues ont mis dans le même panier toutes les Maserati Biturbo sur leur qualité routière, leur fiabilité ou finition, ils seraient bien inspirés de revoir leur copie. En effet, l’habitacle des 430 reçoit un traitement particulier avec un grand nombre de coloris des cuirs, des sièges enveloppants ou en option de véritables baquets, de l’espace aux jambes aux places arrières et un tableau de bord plus « moderne ». Notre exemplaires a très bien vieillit et se trouve être équipé du toit ouvrant électrique. L’habitacle a été entièrement nettoyé, tout comme la carrosserie chez un spécialiste du detailling pour rendre à sa teinte gris bleuté métallisé son éclat. Affichant 91 000 km au compteur, la voiture a été régulièrement entretenue chez Pierre Nallet jusqu’en 2004, date à laquelle la voiture fut utilisée de façon plus occasionnelle. Lors de notre essai, nous avons été surpris par la vigueur du moteur dont les turbos soufflent à bas régime sans s’arrêter jusqu’à 6 000 trs/min. La commande de la boite ZF à cinq rapport est précise tout comme le train avant, incisif et bien accompagné par une direction précise remontant parfaitement les informations dans le volant. Si les freins n’ont rien à voir avec la production actuelle moderne, ils ne sont pas ridicules et offrent un mordant suffisant pour freiner une voiture qui rappelons le, ne pèse pas plus de 1400 kg. Discrète, performante et polyvalente, cette voiture est à redécouvrir rapidement tant elle est dans la mouvance actuelle. En ville, même son échappement en inox Orbisoud installé en 2001 ne viendra pas entacher la partition quasi sans faute de ce youngtimer terriblement attachant. A noter que nous remettrons à l’acheteur le jeu de roues d’origine de 15“ équipées en pneus contact ainsi qu’une seconde boite de vitesses ZF. 

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue