1949 JAGUAR XK 120 OPEN TWO SEATER

Lot 11
Aller au lot
Estimation :
80000 - 120000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 100 660EUR
1949 JAGUAR XK 120 OPEN TWO SEATER

Configuration d’origine

Historique connu

Matching numbers


Carte grise française de collection

Châssis n° : 671 566

Moteur : W 3664 – 8

Carrosserie : F 3482


Après-guerre, le tout premier salon automobile anglais doit ouvrir à Londres, à Earls Court, le 28 octobre 1948. Quelques mois plus tôt, les dirigeants de Jaguar se rendent compte que la berline Mk VII qu’ils comptaient présenter ne sera pas prête à temps : ils décident en toute hâte de faire élaborer une voiture de sport pour habiller le tout nouveau châssis à roues avant indépendantes (raccourci de 50 cm !) et son moteur 6-cylindres à bloc fonte et culasse alu à double arbres à cames en tête. Il faut bien faire patienter la presse ! C’est ainsi que naît la Jaguar XK 120, un prototype de salon qui va devenir une icône automobile majeure du XXe siècle, et un best-seller de la marque. Le moteur de 3 442 cm3 délivre 160 ch et permet à l’engin d’aller chercher les 120 miles per hour « compteur », d’où son nom. Il faut dire que les lignes du roadster couleur bronze (et équipés de ses roues tôle et des fameuses spats) qui se dévoile sur le stand Jaguar au salon de Londres sont particulièrement affinées, taillées par le vent, avec son inimitable pare-brise en V. Le châssis #660 001 fait le tour des salons et achève de séduire les amateurs de sportives anglaises, notamment les américains. D’autant plus quand le patron de la firme, William Lyons, lance l’engin dans une série de records de vitesse, où que la voiture fait un doublé pour sa première course officielle. Les 240 premiers exemplaires seront réalisés, comme le prototype, an aluminium, avant que des questions de coût n’obligent l’usine à construire des caisses en acier (les portes restent en aluminium). En 1951, le sublime roadster est secondé par un coupé, un dessin qui achève de magnifier le dessin de William Lyons. Après 6 ans de commercialisation et 12 061 exemplaires sortis des chaînes, la vénérable firme anglaise remplace la XK 120 par la 140, une évolution, plus moderne et bourgeoise du concept. La voiture qui illustre ces pages a une carte grise de 1949, mais son numéro de série laisse à penser qu’il s’agit plus vraisemblablement d’un exemplaire sorti d’usine à l’automne 1951. 

Il s’agit d’une version à carrosserie acier, disposant de son moteur, de sa boîte de vitesse Moss et de son pont ENV d’origine. Ses jantes acier et ses spats, comme sa robe noire et son intérieur crème lui donnent une fière allure, renforcée par cette inimitable patine, témoin d’une auto qui roule. Son propriétaire l’a achetée en 1998 : grand amateur de Jaguar, et membre éminent du club français de la marque, il souhaitait en effet posséder une Jaguar classique dans chacune des cylindrées du moteur XK, cette 120 cochant la case « moteur 3,4 l ». Depuis 1998, notre amateur, grand rouleur et utilisateur de ses autos, a parcouru des milliers de kilomètres au volant de cette 120, lui faisant bénéficier de soins réguliers et attentifs, et d’améliorations mineures qui participent grandement au plaisir de conduire cette iconique Jaguar. On notera ainsi le montage d’un ventilateur électrique et d’un vase d’expansion pour palier d’éventuels soucis de chauffe, l’achat d’une culasse neuve équipée sans plomb ou l’ajout bienvenu d’un amortisseur de direction. Des « petits plus » qui font de cette XK 120 l’une des plus agréables qu’il nous ait été donné de conduire. 

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue