ZOLA emile (1840-1902)

Lot 225
Aller au lot
Estimation :
20000 - 25000 EUR

ZOLA emile (1840-1902)


RECUEIL de lettres, pièces et notes autographes, dont plusieurs signées, et quelques documents d'une autre main, sur son père, 1868-1899 ; 85 pages autographes de formats divers, et 17 pages non autographes, le tout monté sur onglets et relié en un volume petit in-4 demi-maroquin violet (H. Jacquet-Riffieux).


Très bel ensemble de documents sur son père François Zola.


François ZOLA (Venise 1795-Marseille 1847) s'était engagé dans la Légion étrangère en 1830, mais avait dû en démissionner en 1832, ayant été mêlé à une affaire de détournement de fonds, qui se solda par un non-lieu. Devenu ingénieur civil à Marseille, il conçut plusieurs projets d'envergure, dont celui de barrages et d'un canal d'adduction d'eau pour la ville d'Aix-en-Provence, où il s'établit avec sa famille en 1843. Il mourut brusquement en 1847, laissant sa famille couverte de dettes. «Mon père passe comme une ombre dans les souvenirs de ma petite enfance», écrira Zola. Pendant l'Affaire Dreyfus, Zola prendra la défense de son père, dont la mémoire avait été calomniée.


A. À propos d'une campagne à Aix-en-Provence, 1868. 5 BROUILLONS de lettres autographes ; et 4 lettres adressées à Zola. (Nous suivons ici l'ordre chronologique des lettres, et non celui de la reliure.) [3 août], à REMONDET-AUBIN, directeur du Mémorial d'Aix (4 p.


in-4). Zola proteste contre le refus du Mémorial d'insérer sa réponse à un entrefilet dirigé contre lui-même. «En effet, j'ai subi chez vous une barbarie : j'y ai vu mon père mourir à l'œuvre et y être ensuite lapidé jusque dans sa mémoire»... Il blâme vigoureusement le rédacteur, puis adopte un ton ironique pour reconnaître que Le Mémorial «n'a pas encore essayé d'effacer mon nom de la couverture de mes livres, comme il l'a souvent effacé en parlant du canal Zola»... [3 août], à Léopold ARNAUD, directeur du Messager de Provence (1 p.). Il le prie d'insérer le texte de sa lettre au Mémorial, où on l'a attaqué «avec grossièreté».


[12 août], à REMONDET-AUBIN (8 p.). Il relève dans le Mémorial une phrase injurieuse : «“M. Zola fils abuse un peu trop de M. Zola père.” Comment ! vous avez déjà assez de mes réclamations ! Mais je commence à peine. Vous n'avez donc compris que si j'ai gardé le silence pendant de longues années, c'est que j'attendais d'être fort ; je lutte depuis dix ans, j'ai grandi dans le travail et le courage, j'ai conquis ma position en me battant chaque jour contre la misère et le désespoir. Et vous voudriez aujourd'hui m'imposer silence [...] Ah ! vous dites que j'abuse du nom de mon père, le jour où pour la première fois je vous reproche sévèrement votre oubli. Vous manquez de tact, vous manquez de cœur»... [14 septembre], au Maire et aux membres du Conseil municipal de la ville d'Aix. «Mon père, M. François Zola, a doté d'un canal la ville que vous représentez. Je ne vous rappellerai pas ses longues démarches auprès du gouvernement, les luttes qu'il eut à soutenir dès le début, les succès qu'il avait obtenus lorsque la mort vint le saisir, au moment où il allait réaliser son projet déclaré d'utilité publique»... Pour que le créateur du canal qui alimente Aix en eau ne soit pas oublié, son fils demande quelque hommage à sa mémoire... [Après le 19 décembre], au Maire et aux membres du Conseil municipal de la ville d'Aix. Il a reçu copie de leurs délibérations et du décret par lequel ils ont donné au boulevard du Chemin Neuf le nom de François


Zola. «Je savais que je ne rappellerais pas les travaux de mon père, sans que votre générosité ne s'émût des retards mis à récompenser la mémoire d'un homme qui s'est dévoué aux intérêts des citoyens que vous représentez. [...] Veuillez croire à ma reconnaissance profonde. Si je ne suis pas un fils de votre ville, j'ai grandi à Aix et je me considère un peu comme son enfant d'adoption. Aujourd'hui, un nouveau lien m'attache fortement à elle»... Lettres adressées à Zola sur le même sujet par REMONDET-AUBIN (31 juillet 1868), L. MARGUERY (Aix, 1er août 1868 et Dimanche), et Pascal ROUX, maire d'Aix (6 novembre 1868, annonçant la décision du Conseil municipal de nommer le Boulevard Zola).


B. Lettres au général de Galliffet et à M. Waldeck-Rousseau, décembre 1899. MANUSCRIT en partie autographe et signé (18 p. in-4, dont 10 de la main de Madame Zola, qui a recopié les deux lettres à Galliffet, au bas desquelles Zola a apposé sa signature, ainsi que la réponse du ministre).


Cet échange de lettres entre Zola et le ministre de la Guerre le général de GALLIFFET et le ministre de l'Intérieur WALDECK-ROUSSEAU, a été publié dans L'Aurore du 19 décembre 1899 (le manuscrit a été découpé pour l'impression et remonté).


9 décembre, au général de GALLIFFET. «Un rédacteur du Petit


Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue