PISSARRO Camille (1831-1903)

Lot 36
Aller au lot
Estimation :
600 - 800 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 790EUR
PISSARRO Camille (1831-1903)

L.A.S. «C. Pissarro» (incomplète), Paris 12 septembre 1891, à SA FEMME Julie ; 2 pages in-8 (manque la 2e page).
«Lucien après avoir été voir Amélie avec moi ce matin est allé faire ses adieux aux Estruc, moi je suis resté dans mon quartier, le temps me paraissant devoir se mettre à l'orage. Amélie arrivait à l'instant de Londres elle a pu donc nous donner des nouvelles des Isaacson qui sont bien [...]. Je suis réellement bien tracassé de voir que nous ne puissions arriver à faire entendre raison à Georges et Titi... Il me semble que Georges pourrait bien faire un peu pour toi, en ses moments perdus, dès le moment que Titi est forcé de rester au repos, sous peine de graves complications, de Bellio me l'a encore formellement recommandé, ce n'est vraiment pas raisonable, quant à ce que tu me dis des Séverine des Sarah Bernhard, vraiment non, jamais Lucien n'a pensé un moment à donner les qualités que tu dis à ces cabotines !»... Il voudrait aussi recevoir un ami à la maison : «c'est un homme très simple et qui ne fait pas d'embarras, c'est comme si tu recevais Monet, ou tout autre artiste, enfin [...] chaque fois qu'il en a eu l'occasion il m'a donné de rudes coups d'épaules, par pur sympathie pour ce que je fais, jamais je ne lui ai demandé, du reste ni à lui ni à d'autres !»...
On joint une photographie du Penseur de RODIN par Albert RUDOMINE (30 x 24 cm, encadrée)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue