MANET Edouard (1832-1883)

Lot 22
Aller au lot
Estimation :
3000 - 4000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 4 160EUR
MANET Edouard (1832-1883)

L.A.S. «Edouard Manet», «à bord du Hanovre et Guadeloupe» 15-22 décembre [1848], à SA MÈRE ; 7 pages in-8 sur papier fin.
Belle et longue lettre, écrite à l'âge de seize ans, alors qu'il s'est embarqué sur le vaisseau-école Hanovre et Guadeloupe.
[«Le long voyage qu'il fit du Havre à Rio de Janeiro ne fut pas sans influence sur la formation de son génie et devait lui inspirer plus tard des marines qui sont parmi les plus belles de son temps» (G. Huisman).]
Le mal de mer et le mauvais temps ont retardé sa lettre. Manet raconte alors son départ du Havre au bruit des canons ; ils ont «fait de bruyants adieux aux Havrais réunis en foule sur la jettée [...] Le temps était magnifique la mer très belle». Depuis ce soir-là ils n'ont plus vu de terre. Les jours suivants, «j'ai été horriblement malade du mal de mer.
Le temps est alors devenu affreux ; on ne peut pas se figurer la mer quand on ne l'a pas vue agitée comme nous l'avons vue, on ne se fait pas une idée de ces montagnes d'eaux qui vous entourent [...] quelle vie monotone que cette vie de marin, toujours le ciel et l'eau, toujours la même chose, c'est stupide»... 16 décembre. Le beau temps est revenu... «on nous fait monter dans les cordages». On leur fait laver les lits, le poste qui était «une infection.
[...] je suis dans les gabiers du mât de misaine [...] nous nous mettons vigoureusement à la maneuvre».
17 décembre. Mauvais temps... «Tous ces gens là sont vraiment étonnants ils sont toujours contents, toujours gais, malgré la dureté du métier»... Ils ont bu du champagne au dîner et trinqué avec le commandant, qui est gentil... Le capitaine en second «est un vrai brutal, un loup de mer qui vous tient raide et vous bouscule joliment bien». Le soir après dîner, ils chantent sur la dunette «des cœurs des chansonnettes»...
18 décembre. Temps affreux. Ils sont à la hauteur du golfe de Gascogne.
Le commandant s'amuse à tuer des oiseaux de mer.
19 décembre. Temps magnifique... «nous commençons nos classes aujhourdhui, cela va assez bien». Ils arriveront bientôt à Madère où une chaloupe portera et prendra le courrier... «peut être apprendrons nous alors le nom de notre président ; vous etes peut etre bien agités en ce moment à Paris, pourvu que nous n'ayons pas la guerre civile, c'est si affreux»... Le docteur a mis des lignes pour pêcher le thon, qu'on appâte avec «une bouteille bien fermée d'un bouchon rouge»...
20 décembre. Mauvais temps. Le pain est rationné, et Manet, apprécie peu le biscuit de mer... «pour moi je fais des conserves de pain j'en chippe partout où j'en peux trouver et je le cache dans ma case»...
21 décembre. Pluie... «Nous n'avons pas eu classe de mathématiques ce matin. Le professeur est encore malade du mal de mer»... Il donne son emploi du temps quotidien... «à 6 h ½. branle bas, tout le monde monte sur la dunette et l'on passe l'inspection de l'officier de quart. à 8 heures 1er déjeuner à 8 h. ½ étude jusqu'à 10 h. moins le quart jusqu'à dix heures récréation à 10 h. La bordée de babord va à la classe de mathematique, (je suis de cette bordée), à 11 heure ½ on déjeune, à 1 h. classe de litterature pour les babordais, à 2 heures et demie récréation [...] à 3 heure classe d'anglais pour tous les élèves à 4 h diner ; jusqu'à sept heures récréation puis etude jusqu'à 9 heures et à 9 heures branlebas. Aujhourdhui jeudi nous avons eu une leçon de pratique malgré le mauvais temps et avons passé le reste de la journée dans notre poste à fumer à jouer aux dominos aux dames etc.»...
22 décembre. Un bâtiment en vue l'incite à clore sa lettre. Il embrasse famille et amis.
Lettres de jeunesse. 1848-1849. Voyage à Rio (Paris, 1928).
PROVENANCE Collection Daniel sicKLes (27-28 février 1979, n° 250)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue