Porsche 356 AT 2 1600 S Convertible D 1958

Lot 7
Aller au lot
Estimation :
220000 - 280000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 242 260EUR
Porsche 356 AT 2 1600 S Convertible D 1958

Carte grise française

Châssis n°: 85852

Moteur n° : 83093

Plus rare qu’un Speedster

Très bel état d’usage

Matching numbers

Version S 75 ch


Première voiture portant officiellement le nom de Porsche, la 356 voit le jour le 8 juin 1948, date de son homologation à Gmünd, en Autriche. Alors que le prototype disposait d’un châssis tubulaire et d’un moteur en position centrale, la version de série se caractérise par sa coque autoporteuse et son moteur (un 4-cylindres cubant 1 086 cm3) en porte-àfaux arrière, comme la célèbre Volkswagen dont elle dérive désormais. Jusqu’en 1951, cinquante-deux exemplaires de cette première 356 (caisse alu) sortiront de la scierie de Gmünd, reconvertie en usine. La marque déménage ensuite à Zuffenhausen, en banlieue de Stuttgart, et passe de l’artisanat à la grande série, avec l’apparition de nouvelles motorisations 1300 (en fait 1 286 puis 1 290 cm3 ) puis 1500 (1 488 cm3 ), et de carrosseries acier. En 1956, exit la 356 « pré-A » (appellation apocryphe), caractérisée par son parebrise en deux parties, place à la 356 A,  disponible en 1300 et avec un nouveau moteur 1600 (1 582 cm3), et désormais identifiable à son parebrise panoramique. Si la 356 est disponible depuis le début en version cabriolet, l’année 1955 voit l’apparition de l’iconique Speedster. C’est Max Hoffman, le célèbre dealer New-Yorkais d’origine allemande, qui commande à Porsche une version plus spartiate et – surtout – low cost du cabriolet de série. L’homme qui tient le showroom installé au 430 Park Avenue, sera aussi le « père » des légendaires Mercedes 300 SL Coupé Gullwing et BMW 507 Roadster, et d’une éphémère Porsche 356 Convertible apparue en 1958.

Si le Speedster trouve son public, certains clients lui reprochent en effet son confort trop basique, et notamment un pare-brise trop bas ou ses peu pratiques vitres escamotables en mica. Le nouveau Convertible D, exclusivement carrossé par la Karosseriwerke Drauz comme son nom l’indique, offre un style très proche du Speedster, mais dispose de finitions plus raffinées et plus pratiques à l’usage, parmi lesquelles un parebrise plus haut protégeant mieux du vent et des intempéries, et incidemment une capote offrant plus d’espace. L’intérieur également plus luxueux, mieux fini, bénéficie de sièges plus confortables et de vitres en verres escamotables par un système classique à manivelle. Disponible uniquement en 1600, on retrouvait sous le capot arrière, le flat-four en version Normal 60 ch (type 616/1) ou Super 75 ch (type 616/2). Entre août 1958 et septembre 1959, seuls 1 331 exemplaires de Porsche 356 A Convertible D verront le jour… contre 1 750 Speedster. La Convertible D est donc indéniablement l’une des Porsche 356 de série les plus rares de la production Porsche. 

La voiture qui illustre ces pages est l’une de ces très rares 356 A carrossée en Convertible par Drauz et, l’une des très recherchées 1600 Super à moteur 75 ch. Si la grande majorité des modèles furent envoyés aux Etats-Unis à la demande de l’importateur Max Hoffman, 85852 est un modèle européen sortie d’usine le 17 décembre 1958 et livré à son premier propriétaire six jours plus tard, un GI alors en poste en Allemagne. Elle arborait alors une teinte Ivory d’origine, avec en option des pare-chocs aux normes européennes, des pneus Metzeler, des sièges inclinables et une trousse à outils. On retrouve d’ailleurs au dossier une photo de la voiture devant une concession Volkswagen dans cette configuration. Elle portait l’immatriculation K2974. Un temps aux Etats-Unis, la voiture sera ensuite achetée par un collectionneur résidant dans l’Est de la France. Alors repeinte dans la très élégante teinte Meissen Blue, elle est une participante régulière de la Coupe des Alpes organisée par Rallystory. 

C’est auprès du spécialiste reconnu Serge Heitz que son propriétaire actuel en prendra possession en octobre 2006. Restaurée au début des années 2000 avec un combiné de couleurs parfait, noir, cuir rouge avec une capote en toile beige, son habitacle est agrémenté d’un joli volant bois Nardi et le son du 4 cylindres Porsche d’un silencieux Carrera à deux sorties conforme à celui d’époque. Parfaitement entretenu chez Porsche Velisy dans un premier temps puis par Valentin Kaiser, grand spécialiste du modèle en région parisienne, le comportement de ce Convertible D ne souffre pas la critique. Lors de notre essai, nous avons apprécié la tenue de route de ce modèle mais surtout la vivacité de son moteur parfaitement préparé. Si la direction est précise, les changements de rapports le sont aussi et procurent un vrai agrément supplémentaire à l’ensemble. Le freinage, refait récemment, se montre performant avec une attaque de pédale agréable, sans vibration ou mouvement dans la direction, preuve d’un réglage des trains roulants optimal. 

Roulant régulièrement lors de rallyes de voitures anciennes ou sur de courts déplacemen

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue