Tsuguharu FOUJITA (1886-1968)

Lot 15
Aller au lot
Estimation :
215000 - 250000 EUR
Tsuguharu FOUJITA (1886-1968)

Maternité, 1957

Aquarelle et feuille d'or sur papier contrecollé sur carton, signée et située "Paris" en bas à droite

23 x 17 .5 cm

9 1/16 x 6 7/8 in.


PROVENANCE Galerie Claude Bernard, 1957

Ancienne collection privée, France


BIBLIOGRAPHIE

Sylvie Buisson, Léonard-Tsuguharu Foujita, Catalogue général de l'oeuvre, Volume II, ACR Edition, Paris, 2001, plate 57.92


Le thème de la Maternité est important dans l’oeuvre de Foujita. Si l’artiste en présente une dès 1919 au Salon d’Automne de Paris, la représentation de ces mères est marquée par une évolution stylistique dans les années 50. Les influences occidentales et orientales qui caractérisent le travail de l’artiste sont alors à leur apogée. Cette Maternité de 1957 témoigne merveilleusement bien du pont opéré entre la culture japonaise et occidentale mais aussi entre l’art sacré et profane. Si le sujet n’est pas sans rappeler une Vierge à l’Enfant, Foujita adopte sa propre iconographie, ne gardant des personnages religieux que celui de la Mère, remplaçant l'Enfant Jésus par une petite fille.

La position hiératique mais aussi le cadrage et l’isolement des modèles sur un fond à la feuille d’or évoquent ces icônes byzantines que l’artiste s’est plu à admirer. Les influences des oeuvres de la Renaissance Italienne peuvent également se lire à travers la douceur des visages et par la représentation du lien unissant une mère à son enfant. Les formes longilignes des visages et les mains graciles sont empruntées aux maniéristes italiens. Revisitant le primitivisme italien et le hiératisme Moyenâgeux, Foujita créé un langage propre qui pourrait être qualifié de « gothique ». Privilégiant le dessin et la ligne, l’artiste sacralise son sujet et revisite ainsi les livres Saints pour offrir un art unique dont lui seul détient le secret.


TSUGUHARU FOUJITA

Léonard Tsuguharu Foujita est né en 1886 à Tokyo. Issu d’une famille aisée de la bourgeoisie militaire japonaise, il est très tôt initié à la culture occidentale par ses proches. Il intègre rapidement l’École des Beaux-Arts de Tokyo où il se tourne vers l’apprentissage de la peinture occidentale, obtenant son diplôme en 1910. Dès 1913, Foujita gagne la France, destination fantasmée depuis toujours ; il réside bientôt à Montparnasse où il côtoiera les protagonistes les plus célèbres de l’École de Paris. Le style développé par Foujita, qui lui vaudra une place de véritable icône de la scène artistique française à partir des Années folles, est issu d’un savant mélange entre la marque indélébile de sa culture japonaise natale et l’imprégnation de la tradition occidentale, du gothique à l’art contemporain en passant par les icônes de la fin du XIXe siècle.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue