1976 Rolls-Royce Camargue COMMANDÉE NEUVE PAR SA MAJESTÉ IMPÉRIALE LE DERNIER SHAH D’IRAN

Lot 43
Aller au lot
Estimation :
55000 - 75000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 108 920EUR
1976 Rolls-Royce Camargue COMMANDÉE NEUVE PAR SA MAJESTÉ IMPÉRIALE LE DERNIER SHAH D’IRAN

Etat de présentation

et de fonctionnement irréprochable

Dossier historique complet

et parfaitement documenté

Seulement 41 000 km d’origine et certifiés

Carte grise française

Chassis : JRX 23 260 - Moteur : JRX 23260


La collection du dernier Shah d’Iran, amateur de voitures de luxe et de sport, comptait dans ses rangs plus de 3 000 véhicules, dont certains des plus exclusifs au monde. A la chute du «rois des rois et Lumière des Aryens», l’Etat islamiste avait vendu la collection, dont une sélection fut quelques années plus tard vendue à Genève par la maison Brooks Europe. C’est à cette occasion que la Rolls-Royce Camargue que nous avons l’honneur de présenter aux enchères fut achetée par son troisième propriétaire le 12 mars 1997. 


Commandée directement auprès de l’usine le 28 mai 1975 avec une date de livraison estimée au 1er avril 1976, cette voiture était vouée à rester en Suisse pour conduire le Shah lors de ses déplacements personnels. Un second exemplaire commandé le 12 mars de la même année en bleu Cobalt avec un intérieur Nuella Stone et tapis bleus fut quant à lui exporté en Iran. Il est d’ailleurs amusant de lire dans l’important dossier historique accompagnant la voiture, que le Shah bénéficia d’un traitement de parculier avec 15% de remise en plus de certaines faveurs pour faire accélérer la livraison des véhicules… ce qui finalement n’arrivera pas compte tenu des difficultés rencontrées par l’usine de Crewe à cette période. Très bien documentée, nous possédons toutes les correspondances entre l’usine et les services du Shah, les bons de commandes, la fiche usine de l’époque, le carnet de montage de la voiture et même la facture d’achat. 

Achetée lors de la vente par un collectionneur de Neuilly-sur-Seine, la voiture ne comptabilisait que 3 482 km au compteur. A son volant, il parcourra un peu moins de 35 000 km jusqu’en 2008. Entre temps, elle sera régulièrement entretenue puis repeinte dans les établissements Lecocq en avril 2003 avec un démontage intégral de la carrosserie. C’est alors que son 4ème et actuel propriétaire s’en porte acquéreur après avoir repéré la voiture dans le journal LVA du 28 février 2008. Lui qui rêvait d’avoir un jour dans son garage le summum du luxe avec une Rolls-Royce et ce qui se faisait de mieux en voiture de sport avec une Ferrari Testarossa… il était comblé ! Propriétaire soigneux, la voiture fut bichonnée au fils des ans. Sa teinte d’origine Crown Gold avec un intérieur Nuella Stone avec des moquettes beige clair assorties est splendide tout comme l’état de la carrosserie. Traitée lors du premier confinement 2020, les quelques parties corrodées de la carrosserie furent remplacées afin d’assurer le plus haut standing possible à cette voiture singulière. A son volant, il nous a été possible de profiter du confort et de l’agrément de conduite de ce vaisseau venu d’ailleurs. Parfaitement suspendue, la voiture se déplace tel un tapis volant, les changements de rapports de la boite de vitesse sont souples, rapides et bien sûr, le V8 de 6 750 cm3 lui assure de belles reprises. Produit à seulement 531 exemplaires, ce modèle dessiné par Pininfarina est la RollsRoyce la plus singulière de toutes. Nul doute qu’elle traversera les âges sans jamais laisser quiconque indifférent sur son passage. Si nous ajoutons à cela l’histoire de ce modèle, il est évident que son avenir en collection est assuré !

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue