Epingle à jabot

Lot 36
Aller au lot
Estimation :
25000 - 35000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 97 500EUR
Epingle à jabot

Emeraude gravée, diamants ronds,

rubis et onyx et émail noir, platine (950)

Vers 1925

Signée et numérotée - Poinçon de maître Renault ?

Poids de l'émeraude principale : 10.81 carats

Long. : 8.2 cm - Pb. :16.3 gr



Accompagnée d'un certificat d'authenticité Cartier



An emerald, diamond, ruby,


onyx, enamel and platinum pin



Beauté rare et fragile, l’émeraude se présente en pierre incontournable de la Maison Cartier. L’idylle débute en 1911, date de la première visite en Inde de Jacques Cartier à l’occasion du couronnement de George V. Naîtra alors le style dit « indien » nourrit par l’importation d’émeraudes mogholes destinées à être remontées, lesquelles, lors de leur présentation à l’Exposition universelle de 1925, émerveillèrent l’Occident. Ces dernières étaient habituellement gravées et non facettées en raison de la forme hexagonale originale du béryl et de ses inclusions en « jardin » caractéristiques. L’épingle à jabot que nous vous présentons aujourd’hui s’inscrit dans cette mouvance et s’orne de deux émeraudes, la principale gravée d’une fleur stylisée à huit pétales, motif moghol emblématique instauré par l’empereur Shâh Jâhan au XVIIe siècle, la seconde plus petite, étant gravée en forme de feuille. Coutumier des audacieuses combinaisons de couleurs, cette épingle ne fait pas exception. Les émeraudes d’un vert intense et onctueux sont ainsi alliées aux diamants, à l’onyx soutenu d’émail noir pour l’effet d’ombre sur les bords ainsi qu’aux rubis, le rouge étant la couleur complémentaire du vert. Ce bijou illustre parfaitement l’une des contributions les plus originales de Cartier à l’art de la joaillerie du XXe siècle, celle d’avoir recours à des émeraudes gravées pour ses collections contemporaines et non plus uniquement pour ses bijoux dans le style indien.

BIJ2021


 

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue