CLAUDEL PAUL (1868-1955)

Lot 36
Aller au lot
4 000 - 5 000 EUR
Laisser un ordre
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

CLAUDEL PAUL (1868-1955)


Correspondance de 28 lettres et cartes de visites adressées à Jacques BENOIST-MECHIN.
Japon et France, 1920-1927, à l'encre sur papier in-8, certaines enveloppes jointes.
La correspondance adressée à Jacques Benoist-Mechin, historien, musicologue et homme politique, est surtout d'ordre littéraire ou musicale.
Tokyo, de 1920 à 1924: «J'applaudis de toutes mes forces à votre idée de faire de la musique religieuse.»; «L'artiste qui parle, qui se laisse toucher est un homme perdu.»; «Keiser me fait penser à Keyserling et celui-ci à Hölderlin, le seul grand poète allemand que je connaisse.» «La seconde idée qu'il faut écarter et qui gène tant d'artistes est que le christianisme est une cause d'appauvrissement pour l'esprit.» «Je vous envoie le prospectus suivant qui m'a beaucoup intéressé et qui confirme bien des idées que m'a suggérées la musique d'Orient.». «Vivre, c'est lutter et c'est souffrir, et la vraie vie est celle qui ne laisse pas indifférent la plus petite action, le rameau nerveux le plus ténu de votre substance intime.» «J'écris en ce moment les dernières lignes des Souliers de Satin qui est une espèce d'examen et de moquerie de moi-même.». «Je serai à Paris le 6 et j'irai chez Adrienne [Monnier] - l'heure ? - avec la joie et l'intérêt que vous pensez.» On joint une lettre adressée à Adrienne [Monnier] lui demandant de rencontrer Larbaud pour différentes questions. - En France, 1925. «Pouvez-vous m'envoyer une copie de ma Parabole du Festin ?» - Tokyo et en mer, 1926. «Quant à Proust lui-même ses vices monstrueux mettent entre lui et moi une épaisseur à la fois transparente, infrangible et malpropre comme la verrière de la gare d'Orsay que vous décrivez si bien.» «Je consens avec le plus grand plaisir à vous servir de témoin pour votre mariage.» «Vous soulevez une autre question qui est celle de l'infini et de la perfection.» - Tokyo et Paris, 1927. «Gardez-moi la lettre que je vous ai écrite sur le Père Humilié et que j'ai déjà oubliée.» «J'ai eu hier un bain de musique magnifique ! Vos choeurs ont une plénitude, un rythme et une sonorité admirable.» «C'est une très bonne idée d'y joindre ce Fragment d'un drame, que j'avais complètement oublié.»
Sont joints quelques brochures et ouvrages concernant Paul Claudel: «Bulletin de la société de Paul Claudel», «Revue des Jeunes», «the Way of the Cross», «Entretiens politiques et littéraires», la «Revue indépendante», «Théâtre de l'oeuvre - L'otage», etc.
Très bel ensemble.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue