CLEMENCEAU Georges (1841-1929) homme politique

Lot 1335
Aller au lot
1 000 - 1 200 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 170 EUR

CLEMENCEAU Georges (1841-1929) homme politique

MANUSCRIT autographe, L'Ingratitude humaine, [7 mars 1914]; 4 pages et demie in-4 au dos de papier à en-tête Sénat.

Manuscrit complet, avec quelques ratures et corrections, d'un article de polémique paru à la «une» de L'Homme libre du 7 mars 1914, en réponse à un article du Temps de la veille, M. Briand prisonnier, d'où il ressort qu'Aristide BRIAND, ancien président du Conseil désormais sans portefeuille, envisage de lâcher la Fédération des gauches, pour s'entendre avec le député THOMSON, en prévision des prochaines élections législatives, et dans l'espoir d'un retour au pouvoir. Clemenceau ne doute pas de la véracité des propos rapportés; il ironise sur «l'union des républicains» dont Briand serait partisan, alors qu'il «a fondé un groupe toute exprès, aux encouragements de la droite, pour se porter du côté de l'alliance démocratique, qui n'a plus de limites à droite, selon M. MAGINOT lui-même, tandis que dans son discours de St Étienne il a commencé par se séparer assez brutalement des radicaux. Cette opération de combat a été continuée au Havre et à la tribune de la Chambre où j'ai remarqué que M. Briand nous apportait la concorde à coups de bâton. Et parce que l'opération n'a pas réussi, parce que toute la majorité républicaine, (sauf la Fédération soudée à la droite) s'est prononcée contre M. Briand “embêté” de et par M. BARTHOU, on nous parle d'un rendez-vous pour une embrassade en grande musique. Et vos amis de Rome, les amenez-vous avec vous pour cette fête. Je crains qu'ils ne soient moins faciles à contenter que leurs bons camarades de gauche. Ils sont bien capables de demander quelque faveur et nous n'avons rien que la liberté commune à leur donner»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue