BONAPARTE Jérôme (1784-1860) frère de Napoléon, il fut Roi de Westphalie

Lot 1319
Aller au lot
800 - 1 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 300 EUR

BONAPARTE Jérôme (1784-1860) frère de Napoléon, il fut Roi de Westphalie

20 L.A.S. «Jérôme», Florence et Monte Catini 1846, à sa fille, la PRINCESSE MATHILDE; 35 pages in-8.

Bel ensemble en grande partie consacré à la séparation de Mathilde de son mari, le prince Anatole Demidoff.
Orloff a assuré Jérôme que Demidoff part demain pour Pétersbourg... Il entend des choses contradictoires sur les intentions de Mathilde, et l'exhorte à ne rien faire à la légère: «j'envisage avec effroi de te voir à 26 ans seule sans soutient naturel, et si dans un pareil abandon quelqu'un venait à te manquer, quel serait le bras qui te soutiendroit ? [...] un bras étranger, & alors ma fille chérie ne serait-elle pas compromise ??? Tu ne connais pas les hommes»... Il la met en garde contre M. Bacciochi, très intéressé, et la conjure de brûler la lettre (18 juillet)... Il annonce la mort de son frère Louis, et évoquees dispositions testamentaires du défunt (26 juillet)... Jérôme a réclamé la copie des lettres de Mathilde au Tsar et à Orloff, car DEMIDOFF est capable de calomnies et des «procédés les plus infâmes [...] cet homme est capable de tout, si une fois tu romps avec lui. !!!» (10 août)... Il a reçu une lettre d'Anatole et ne sait quelle attitude adopter: «Je suppose bien que ton mari a quelque connaissance de la démarche que tu as faite en Russie, et que c'est la raison de son retour précipité, ainsi prépare-toi à tout» (17 août)... Il n'y a plus à revenir en arrière, et «dans le cas où la décision de l'Empereur ne fut pas telle que tu la désires, et que tu persistasses dans ta résolution [...] tu dois te retirer chez ton frère, et ensemble vous rendre à Stuttgardt où j'irois te rejoindre [...] car les premiers moments tu dois être auprès de ton père, afin que la calomnie ne puisse pas t'attendre !» (25 août)... Le silence de la Russie l'afflige, et l'offre du chargé d'affaires de la recevoir n'y change rien; il approuve la lettre de Mathilde à l'Empereur mais non celle à Orloff; qu'elle ne se fasse pas d'illusion: «tu ne peux pour les premiers tems rester à Paris sans risquer ta réputation & tout ton avenir», elle devrait se réfugier auprès de son père ou de son oncle, Guillaume de Wurtemberg, «s'imposer des privations & vivre retirée, sans cela tu te perdrais; car tu peux bien penser que Mr D... une fois perdu l'espoir de te réavoir fera de tout [...]. Ton oncle Paul à cause de son intérieur n'est pas un refuge possible» (12 septembre)... La conduite de Mathilde doit être irréprochable, et encore, il ne voit comment un séjour à l'Abbaye aux Bois pourrait la mettre «à l'abri d'une réclamation légale de ton mari qui te ferait intimer par la justice l'ordre de rejoindre la maison conjugale, car en France il n'existe plus de maison qui soient fermée à la Loi !» (16 septembre)... Il rapporte ce que le prince Gregori Wolkonsky lui a appris: ignorance du monde à Saint-Pétersbourg, approbation tacite de l'Empereur, signature d'un arrangement: «Demidoff te reconnoissait à sa mort cinq millions à prendre sur sa fortune dont tu pouvais disposer à ton gré, ainsi que les propriétés qui sont à l'étranger & tes diamans [...]: Orloff alors lui a demandé et en cas de séparation quel seroit le sort de la Princesse ?. À cette question il a paru abasourdi» (18 septembre)... «Je suis inquiet du retard de la décision de Russie. Dieu veuille qu'elle ne se fera pas attendre !!! Je crains tout de la méchanceté de Mr D.» (17 octobre)... Le retard d'un règlement l'inquiète toujours, «D. ayant bien des moyens de corrompre, & ayant affaire à des gens qui en grande partie sont plus que corruptibles !! Enfin j'espère dans la justice & la bienveillance de l'Empereur pour toi» (22 octobre)... Il voudrait des preuves de la Sanction Impériale, et sa fille à l'abri de la calomnie... «Je n'en puis croire mes yeux en lisant que Mr Félix a osé te proposer de te placer auprès de lui», car il a sous les yeux «les preuves de son infamie, qui est telle que Mr Dx est un modèle d'honneur & de délicatesse, en comparaison»... Mais les deux sont peut-être complices; qu'elle brûle cette lettre (31 octobre)... Il s'attend à de mauvais traits de la part de M. Dx, «car il est capable lui & son agent secret Mr Bac. de toutes les mauvaises actions»... Il faut faire porter aux Chambres l'affaire de sa pension: «je suis certain qu'officieusement Lord Normanby t'aidera, & Mr Thiers pourra diriger tes démarches»... Il voudrait des nouvelles de ceux qui lui sont restés attachés: Vatry, l'amiral Mackau (12 décembre)...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue