BOLIVAR SIMON (1783-1830).

Lot 9
Aller au lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 900EUR

BOLIVAR SIMON (1783-1830).

« El Libertador », héros et libérateur d’Amérique du Sud. L.S., Bogota 27 novembre 1828, à son ami José Angel ALAMO, à Caracas ; 3 pages in-4 (papier bruni, bord inférieur un peu rongé, petits trous de vers, fentes réparées) ; en espagnol ; sous chemise entoilée demi-maroquin rouge, avec un portrait photographique inséré sur le contreplat supérieur.
Sur les suites de la Conspiration de Septembre. Il le remercie de sa lettre du 20 octobre, transmettant des nouvelles qui pourraient s’avérer utiles ; il espère que son ami lui rendra toujours ce service précieux. Alamo doit savoir, par la dernière lettre de Bolivar, le résultat de l’enquête sur la cause de la conspiration, et se sera donc formé une opinion sur la décision du conseil des ministres. En outre, les événements de Patiá ayant pris un aspect plus grave, d’autres mesures énergiques se sont imposées. Quant à SANTANDER (1792-1840, qui avait succédé à Bolivar à la présidence de la Grande Colombie de 1819 à 1827), on a donné l’ordre de l’arrêter à Boca Chica, et ses compagnons seront envoyés à Puerto Cabello, plutôt qu’en exil. 1800 hommes ont été dépêchés sous les ordres du général Cordoba ; mille ont été demandés à la Magdalena, et 4000 au Vénézuela, en somme tout sera fait pour anéantir ce parti de rebelles qui ne sont inspirés par d’autres sentiments que l’ambition et l’appât du gain, et qui s’emparent de vils prétextes pour perturber le gouvernement… (« Por mi última quedará Vd. impuesto del éxito de la causa de la conspiración, y, por consiguiente, habrá formado su opinión sobre el dictamen del consejo de ministros. Mas por los acontecimientos de Patía, que ahora han tomado un aspecto más serio, hemos creído necesario tomar otras medidas más propias de un gobierno enérgico que las que se habían determinado antes. A Santander se ha mandado detener en Bocachica y sus compañeros irán a Puerto Cabello en lugar de desterrarlos. Se han despachado 1.800 hombres bajo las órdenes del general Córdoba, y se han ped
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue