1935 Fiat «MILLE MIGLIA» 508 CS Balilla Aerodinamica

Lot 25
200 000 - 300 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 200 900 €

1935 Fiat «MILLE MIGLIA» 508 CS Balilla Aerodinamica

Même propriétaire depuis 49 ans!
Premier dessin «Goutte d'eau» de l'histoire
Moins de 100 exemplaires produits, plus que 4 roulantes

N° de châssis: 86203
N° de moteur: 00710
Carte grise française
Carte Fiva: 10132 du 8 avril 1997

Exceptionnelle sous bien des aspects, la voiture que nous présentons représente le summum de la famille Balilla avec les Spiders Coppa d'Oro. C'est sur une idée du designer Ghia qu'en 1933 un prototype est étudié en soufflerie. Nous sommes aux prémices de l'aérodynamisme et l'adaptation des formes en mouvement commence alors à prendre tout son sens. Le résultat est d'une grande pureté et innovant... on assiste alors à la première carrosserie dite «Goutte d'eau». Si bien que d'autres carrossiers suivront ce chemin bien des années plus tard à commencer par Voisin et Castagna en 1936 puis Darl'mat et Figoni mais c'est sur la Bugatti Atlantic présentée en 1937 que l'aérodynamisation marquera son époque avec des lignes que l'on qualifie aujourd'hui encore comme étant le plus beau dessin du monde.

A cette époque, l'objectif était simple et le cahier des charges très clair. Il fallait construire une voiture de compétition fermée capable de s'illustrer sur les plus belles courses du monde dont une plus chère que les autres dans le coeur des Italiens: Les Mille Miglia! La 508 représente une histoire importante dans l'histoire de l'Italie. Elle est réellement la première voiture italienne à faible encombrement et fut un succès commercial mais on retiendra avant tout que les plus grands ingénieurs du pays se penchèrent sur son berceau et la développèrent avec le succès qu'on lui connait aujourd'hui. Conçue dans les ateliers de l'Université de Turin et développée dans l'usine du Lingotto (connue pour sa piste d'essais sur le toit), elle est construite sur un châssis de 508 par la Carrozzeria de Fiat. Elle est alors nommée Speciale. Fabriquées pendant seulement deux ans sa production reste confidentielle et moins d'une centaine seront réalisées. Il n'en resterait que 4 roulantes dont celle-ci.

Très vite, elle s'illustre en compétition en 1936 aux Mille Miglia aux mains d'Alberto Comirato et de son épouse - la très belle -Lia Dumas. Ils finiront 2ème dans leur classe et 14ème au général à plus de 80 km/h de moyenne. Il faut dire que la voiture au-delà de sa très faible résistance à l'air est aussi performante grâce à son moteur de 995 cm3 de seulement 36 cv équipé d'une culasse modifiée, d'un nouveau carburateur, d'une boite de vitesses à 4 rapports et de freins hydrauliques résolument modernes pour l'époque. Il est d'ailleurs amusant de raconter que son propriétaire actuel fit la connaissance du père de ce moteur lors d'un rallye en Italie. Après une longue conversation au bar du Grand Hotel Ambasciatori de Turin, Bartholomo Nebbia lui écrivit une lettre datant du 29 juillet 1972 - jointe au dossier - vantant les qualités du moteur et du comportement de la voiture sur les routes sinueuses de montagne.

Si Fiat accole cette performance à son identité en intégrant son appellation Mille Miglia, l'attention perspicace des designers se porte sur cette nouvelle venue à l'opposé des carrosseries traditionnelles trop carrées des années 20. Son profilage est très avant-gardiste, il présente une grande pureté tout en fluidité. L'élimination des aspérités se caractérise par l'absence de pare-chocs, le capot ajouré avec des ouïes de refroidissement au dessin dans le sens de la marche, la plaque arrière de police est intégrée dans la carrosserie et vitrée.
La lunette arrière en deux parties épouse la courbure de la carrosserie mise en valeur par une arête centrale. La boiserie des portières en noyer massif très finement sculptée épouse la découpe elliptique des fenêtres en s'appliquant parfaitement à la carrosserie... Tous ces éléments favorisent une excellente pénétration dans l'air et écoulement de l'eau.

Achetée en 1970 par son propriétaire actuel alors cadre dirigeant dans le groupe Fiat, il sera président et fondateur du club éponyme en France pendant de longues années. Homme de lettres, il est aussi un gentleman driver affirmé et parcourra plusieurs dizaines de milliers de kilomètres à son volant dans plusieurs pays d'Europe. Il aura fallu 13 mois à l'ancien chef d'atelier de la Carrosserie Le Coq pour restaurer sa structure en bois, la voiture se présente aujourd'hui dans un très bel état élégamment patiné et fonctionne à merveille. Exposée récemment sur notre stand à Rétromobile, la voiture a suscité l'admiration des collectionneurs et - nous devons l'admettre - nous a agréablement surprise tant son comportement sur la route est «moderne». Son moteur entraine vaillamment ses 630 kg, la boite est parfaitement étagée et les freins assurent un excellent mordant. Aujourd'hui encore un bon 90 km/h de moyenne ne fait pas peur à cette voiture.

Parmi les plus recherchées et désirables Fiat d'avant-guerre, cette Balilla est sans doute la plus désirable encore avec sa carrosserie Aerodinamica. Eligible aux Mille Miglia bien sûr et à bon nombre d'autres rassemblements historiques, elle est aussi une pièce de choix pour tous les amateurs de pièces d'exception. Dans les mêmes mains depuis 49 ans, accompagnée de son dossier de factures, de nombreuses notes du propriétaire et de diverses photos, cette voiture est une page de l'histoire du constructeur turinois et au sens large la tête de série du style «Goutte d'eau» qui fit le bonheur des carrossiers français, mais aussi en Italie, en Angleterre et aux USA dans les années 30 et encore après-guerre.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue