MONOD THÉODORE (1902-2000) NATURALISTE, BIOLOGISTE, GÉOLOGUE.

Lot 864
500 - 700 €
Résultats avec frais
Résultat: 650 €

MONOD THÉODORE (1902-2000) NATURALISTE, BIOLOGISTE, GÉOLOGUE.

L.A.S. avec dessin, Araouan [Soudan français, AOF] 20 mars 1935, à sa filleule Elisabeth YVER a Paris; 4 pages in-8 (legeres fentes aux plis réparées), enveloppe.
Charmante lettre illustrée pendant une mission d'exploration dans le Soudan français (Mali actuel).
Il invite sa «petite filleule «a trouver sur la carte Araouan, vieille ville au nord de Tombouctou. «Au mois de novembre je suis arrive ici en venant de Tombouctou. Ensuite j'ai été a Taoudeni [...] aux mines de sel. Nous avons marche assez vite: un jour je suis parti a 3 h. du matin pour ne m'arrétér qu'a 10 h. du soir. A Taoudeni il y a du sel dans la terre: on creuse des trous et on enleve de grandes dalles de sel que l'on charge sur les chameaux «: dessin d'un convoi de chameaux charges de sacs... «Ce sont des esclaves qui travaillent dans les mines: seulement, on ne les appelle pas comme ca, parce que l'esclavage a été supprime.
De Taoudeni j'ai été a Teghazza, au Nord-Ouest: la, il y avait aussi des mines de sel au moyen age, et une ville batie en sel! J'ai visite les ruines de la ville: on trouve encore des murs et même des arcs de plein-cintre [...] en sel. Heureusement qu'il ne pleut pas souvent a Teghazza. J'y ai trouve beaucoup de choses interessantes: des morceaux de poteries peintes, des perles, des bracelets en verre de couleurs, etc.»... Ensuite ils ont parcouru des pays inconnus des cartes.
«très souvent nous etions les premiers européens a parcourir ces contrées. Il avait beaucoup plu avant notre arrivée et nous avons trouve un grand nombre de mares et d'etangs. C'etait bien agreable: on a pu se baigner. Et puis, la pluie avait fait pousser des plantes et nos chameaux ont pu manger»... Il a ramasse beaucoup de plantes et de cailloux, et aussi un oeuf d'autruche dont on a fait «3 poeles a frire d'omelette; cela devait faire environ 15 oeufs de poule.
Et pour manger tout cela nous etions... 2., le capitaine, Grosminet, et puis l'adjudant qui n'en a mange qu'un tout petit peu [...]
Pour revenir nous avons marche 15 jours sans point d'eau, environ 600 kilomêtrès.
Nous etions rationnes a 4 litrès d'eau par jour, pour tout (boisson, cuisine). Essaie de calculer combien de litrès d'eau il faut chaque jour: tu verras qu'avec 4 litrès tu n'auras pas de quoi prendre un bain! On a marche vite: 50 kilomêtrès par jour, dont 35 au moins a pied. Ce n'etait pas toujours très agreable, parce qu'on marchait la nuit, on dormait seulement 3-4 heures»... Ils ont vu aussi des troupeaux entiers d'antilopes aux grandes cornes: des Addax. «Mes camarades etaient très contents, parce qu'ils pouvaient manger beaucoup de viande.
Moi, j'aurais bien prefere que l'on laisse les antilopes en paix: je n'en ai jamais mange.
D'ailleurs, depuis que je suis en Afrique, j'ai entierement renonce a la viande et ne m'en porte pas plus mal. Maintenant je vais repartir vers l'est, retourner a l'endroit ou j'ai trouve un homme fossile autrefois.
Ensuite je reviendrai a Tombouctou, puis je monterai dans un chaland sur le Niger, puis dans un chemin de fer, jusqu'a Dakar, puis dans un paquebot»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue