CHIRAC PIERRE (1650-1732) MÉDECIN.

Lot 800
1 000 - 1 500 €

CHIRAC PIERRE (1650-1732) MÉDECIN.

L.A., Montpellier 3 mars 1695, [à Michel BÉGON]; 3 pages in-4 (infime trou de ver).
Très rare et curieuse lettre médicale du
Premier Médecin de Louis XV et surintendant du Jardin des Plantes.
Il est fort aise que le monstre soit tombe entre les mains de Begon, et il demande des precisions sur l'interieur du corps d'Après l'autopsie. «Quoyque le nombre de pareilles observations soit asses grand, cependant ceux qui les ont faittes se sont presque tous contentes de décrire les monstrès par raport a leur figure extraordinaire et peu se sont attaches a décrire exactement leur interieur et surtout la disposition des gros vaisseaux qui est sans difficulte la plus importante observation qu'on doive faire dans ces cas pour eclairer la matiere des monstrès qui a este fort mal traitée jusques icy. A propos de monstrès je vous diray par retour qu'un de nos Thresoriers de France qui est fort velu se frotant ces jours passes le bras pendant la nuit il l'apperceut tout en feu cella le surprit beaucoup et il m'envoya le lendemain prier de le venir voir croyant d'être fort mal. Je vouleus par curiosite avant de luy rien dire scavoir au vray la chose je fis fermer les fenêtrès luy fis frotter le bras dans son lit et s'apperceut d'une lueur semblable a celle du phosphore d'Anglétérre. Après quoy je le desabuse et le tirais de la peine ou il etoit luy faisant entendre que c'etoit un effet très naturel et qui n'etoit pas plus a craindre pour luy que l'etoient les etincelles qui sortoient des chats lors qu'on leur frottoit l'epine dans l'obscurite. [...] Je crois qu'il y a bien des gens a qui pareille chose arriveroit s'ils prenoient soin de s'examiner la dessus». Cela lui rappelle un passage de Virgile «ou il parle de certaine flamme qui pareut sur la tête du jeune Ascanius», ainsi que des pages de Tite-Live et autrès historiens «ou il est fait mention de certains feux folets qu'on avoit veu sur la tête de certains heros et qu'on avoit traite de fable jusques icy. Cette observation peut justifier la verite de ces faits»...
On joint une L.A.S. de Pierre RAINSSANT (1640-1689) a Michel Begon, expliquant l'emploi de soie de perles pour soigner les oreilles (4 pages in-4).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue