Lot 28
70 000 - 90 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 189 563 €

ESCHENBACH (WOLFRAM VON)


PARZIVAL [STRASBOURG], [JOHANN MENTELIN], 1477
ET ESCHENBACH (WOLFRAM VON) (PSEUDO-) [ALBRECHT VON SCHARFENBERG]
TITUREL [STRASBOURG], [JOHANN MENTELIN], 1477
In-folio, 159 ff. pour ww, 1 f. bl. et 306 ff.
pour Titurel, complet [collation: 1-3010, 318 (de 10, avec les deux derniers feuillets du cahiers des blancs supprimés]; texte sur 2 colonnes de 40 lignes, sans réclames ni signatures, espaces prévus et laissés en blanc pour accueillir sans doute des illustrations (miniatures), ici non réalisées; lettres d'attente imprimées.
Reliure postérieure. Plein veau blond sur ais de bois, dos à 3 nerfs larges soulignés de filets dorés. Trace d'une ancienne pièce de titre arrachée, avec quelques lettres du titre à l'or encore visibles. Coins frottés. Cette reliure a probablement été exécutée au XVIIe ou au XVIIIe siècle sur les ais de bois de la reliure originelle, dont on distingue encore la trace des fermoirs. Boitier de conservation articulé, plein maroquin (Devauchelle).
Dimensions: 295 x 210 mm.
Rarissime édition princeps de la plus grande épopée allemande, oeuvre fondatrice de la littérature de ce pays.
Wolfram von Eschenbach, né vers 1170 dans le village de Bavière dont il porte le nom, est mort aux alentours de 1220. Il fut à la fois chevalier et poète. Son Parzival, de près de 25 000 vers est considéré comme la plus grande épopée allemande du temps, la plus haute expression des sentiments chevaleresques. S'inspirant et se démarquant à la fois de Chrétien de Troyes, c'est la première oeuvre en allemand consacrée à la quête du Graal. Eschenbach y narre l'éducation et la quête de Parzival (Perceval) ainsi que les exploits de Gawain (Gauvain).
Alors que Gawain représente le chevalier laïc, triomphant essentiellement par son art au combat, Parzival est un personnage torturé, dont la quête est avant tout spirituelle.
Par rapport à Chrétien de Troyes, Wolfram von Eschenbach a donné à son oeuvre une couleur ésotérique beaucoup plus prononcée et chargé son oeuvre d'une tonalité mystique.
Ici le Graal est représenté sous la forme d'une pierre précieuse apportée sur terre par les anges et confiée au roi du Graal et ses descendants, protégée par les Templiers.
Le texte d'Eschenbach n'est plus seulement une suite d'aventures, mais il est tout entier axé autour de la question du bien et du mal et de la responsabilité devant Dieu. Il est également beaucoup plus réaliste, avec notamment la description de son enfance solitaire aux côtés de sa mère.
Cette oeuvre fondatrice, une des premières manifestations du génie poétique allemand a directement inspiré Wagner.
Le second ouvrage est désormais attribué au «Pseudo-Wolfram von Eschenbach». Intitulé
Titurel, nom du roi du Graal et arrière- grandpère de Parzival, ce titre relate les amours du jeune Schionatulander et de Sigune. Le jeune homme, pour gagner l'amour de sa dame, devra faire ses preuves de chevalier combattant. Celle-ci lui jure en échange que «les eaux brûleront avant que périsse son amour». Ces fragments furent complétés vers 1260 peut-être par Albrecht von Scharfenberg, qui en tira une épopée de près de 000 vers. Cette oeuvre, qui fut longtemps attribuée à Eschenbach lui-même, fut l'une des plus populaires du Moyen Age allemand et se trouve logiquement relié à sa suite.
Ces deux oeuvres furent imprimées à la suite par Johannes Mentelin. Cet imprimeur- typographe né en 1410 en basse-Alsace fut d'abord enlumineur avant d'ouvrir son atelier à Strasbourg. Il est le premier et le plus ancien imprimeur de cette ville.
Son premier livre, en 1460, fut une bible latine. On chiffre sa production à une quarantaine d'ouvrages, principalement religieux.
Il est célèbre pour avoir imprimé en 1466 la première bible en allemand.
C'est également de ses presses que sortit le premier incunable daté (4 décembre 1472).
Son autre titre de gloire est d'avoir publié cette édition princeps de Parzival. Elle est imprimée en lettres semi-gothiques rondes d'une lisibilité parfaite (même caractère que le Speculum historiale de Vincent de Beauvais, sorti des presses de Mentelin en 1473) sur un fort papier vergé filigrané. (La présence du même filigrane dans Parzival et dans Titurel - une croix - prouve que les deux oeuvres ont bien été imprimées en même temps.) L'impression de ce Parzival constitue sa dernière oeuvre imprimée et Johann Mentelin mourut en 1477.
Cette publication est capitale à plusieurs titres.
C'est d'abord la première oeuvre appartenant à la légende arthurienne jamais imprimée (avant celles de Chrétien de Troyes dont l'édition princeps date de 1488). Mais c'est surtout la première grande oeuvre poétique du patrimoine allemand, dont l'esprit a imprégné toute la littérature jusqu'au XXe siècle. Le romantisme allemand, avec ses tonalités sombres et ses aspects ésotériques en sort tout entier, de même que l'oeuvre de Wagner. On peut donc considérer le Parzival d'Eschenbach comme la quintessence du génie allemand, l'équivalent de ce que serait pour l'Italie l'édition princeps de la Divine Comédie. Par ailleurs, ses implications hermétiques en font un classique absolu de l'ésotérisme.
Cette édition se trouve conservée dans les plus grandes bibliothèques du monde (une trentaine d'exemplaires sont connus): British
Library, Staadtbibliothek de Berlin, Pierpont
Morgan Library de New York, etc. Seules trois bibliothèques françaises (BnF, Colmar et Nantes) en possèdent un exemplaire. L'ouvrage est absent des bibliothèques de Strasbourg.
provenance: 1. Haven O'More, collectionneur original, ayant convaincu un riche mécène de lui avancer 17 millions de dollars pour acquerir les livres les plus rares. N. Basbanes avance que Haven O'More n'était autre que Haven
Moore, un jeune fermier de Caroline du nord: “This strange man who wanted so keenly to be proclaimed the world's greatest book collector” (Basbanes, N. A Gentle Madness..., New York, 1995).
2. Joost Ritman, collectionneur néerlandais, dont la Bibliotheca Philosophia Hermetica constituait sans doute le plus bel ensemble consacré à la tradition hermétique. Vignette ex-libris au contreplat supérieur. Anciennement
BPH 213.
bibliographie:
Bumke, Joachim, Wolfram von Eschenbach, Stuttgart, 2004.
Hasty, Will, ed., A Companion to Wolfram's
Parzival. Rochester, 1999
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue