LOUIS XII (1462-1515) 9 lettres signées «Loys»,…

Lot 5
30 000 - 350 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 36 400 €

LOUIS XII (1462-1515) 9 lettres signées «Loys»,…

LOUIS XII (1462-1515) 9 lettres signées «Loys», décembre 1513-septembre 1514, la plupart au Président Jean de SELVE et aux autres ambassadeurs; contresignées par Florimond ROBERTET; 1 page in-fol. ou in-4 chaque, la 3e de 2 pages in-fol., adresses (traces de couture dans la marge gauche).
Important ensemble de lettres sur l'ambassade auprès de la cour d'Henry VIII pour négocier la paix avec l'Angleterre.
[Le Traité de Londres, signé le 7 août 1514, scella la paix entre les deux royaumes, après l'expédition anglaise de l'été 1513 qui avait pris
Thérouanne et Tournai. Ses dispositions principales comportaient un engagement de paix pendant la vie des deux souverains, et jusqu'à un an après la mort de l'un d'entre eux; la restitution à la France des villes de Thérouanne et Tournai; le rétablissement des relations commerciales entre les deux pays. Le même jour fut signé un contrat de mariage entre Louis XII et la soeur d'Henri VIII, MARY TUDOR.]
Certaines lettres s'adressent conjointement au Président de Selve (premier président au Parlement de Rouen) et aux autres émissaires, Pierre de LA GUICHE, le duc de LONGUEVILLE et le général des finances de Normandie Jacques HURAULT.
Saint-Germain-en-Laye 5 décembre [1513]. Deux lettres adressées à Monseigneur de Duresme [Thomas RUTHALL, évêque de Durham] et à Monseigneur de Vincestre [Richard FOXE, évêque de Winchester], les ministres d'Henry VIII: «Jenvoye presentement par devers le Roy d'Angleterre mon bon frere cousin et compere les premier president de Normendye et Sr de La Guiche mon chambellan et bailly de Masconnoys [...] et leur ay ordonné vous dire et communiquer leur charge et commission, comme a celuy en qui jay toute confidence et que jay congneu desirer lentretenement de la bonne amytié et alliance qui est entre nous. A ceste cause je vous prie les ouyr et croyre comme moy mesmes et leur faire et donner toute ladresse et assistance que vous pourrez pour lexpedition de leur charge»...
Paris 28 décembre [1513], «A Messrs les premier president de Normendye [SELVE], et de LA GUICHE bailly de Mascon mes ambassadeurs en Angleterre». Il a su leur difficile traversée, et a hâte d'avoir des nouvelles du Roi d'Angleterre, «et principallement sa resolution tant sur les matieres secrettes que vous savez et desquelles Monsr de SUFFOLK par la luy estant pardeca que du fait de la veue pour selon cela me gouverner et conduire». Il veut aussi savoir «ce quon vous aura respondu touchant les deux cens mille escutz que je demande en prest et sil me seront prestez ou non, car quant on ne me les vouldroit prester il fauldroit que je les trouvasse ailleurs»... Quant au
Pape [LÉON X], «je scay bien ce que le traicté contient pour le fait de Millan», mais Louis XII se plaint des manoeuvres de l'ambassadeur du Pape, sous influence espagnole, qui «fait journellement tresmauvaiz office portant de tresmauvaises parolles de lamytié et alliance qui est entre ledit Roy d'Angleterre et moy», et demande que Henry
VIII écrive de son côté au Pape ou à son ambassadeur à Rome. Il a su par le duc d'York «lacouschement de la Royne [CATHERINE D'ARAGON a accouché d'un fils mort-né] ma bonne seur et de ce qui est advenu en icelluy dont il me desplaist», et prie d'aller trouver
Henry VIII «et de par moy et en mon nom vous en condolez ainsi quesi le cas me fust advenu»...
- Saint-Germain-en-Laye 28 juillet, au Président de Salva [SELVE].
Le Roi a vu ce que le président lui a écrit avec le double de son sauf-conduit, «et pource que vous avez avant vostre partement dicy entendu bien au long mon vouloyr et intencion sur toutes choses je ne sauroys pour consequence vous dire rien fors que des ce que
vous serez arrivé en Angleterre, et que vous aurez parlé et communiqué avecques messieurs de Longueville et general de Normandye, et pareillement avecques les gens du conseil du Roy d'Angleterre, vous mettrez paine de me faire savoyr de voz nouvelles et ce qui sera survenu»...
- 4 août, au Premier Président de Rouen [SELVE]. Il n'a pas eu de nouvelles de l'arrivée du Président à Londres, et il écrit séparément aux deux autres émissaires. «Je mattens que de ceste heure vous avez longuement et par plusieurs foiz devisé ensemble des matieres, et que bien tost vous men escriprez la resolucion et conclusion que vous aurez prinse sur icelle. Et pource [...] que ladite conclusion prise et la paix et mariage faitz et fianssailles par parolles de present il sera requis que ledit Sieur de Longueville viegne pour me dire par le menu tout ce qui aura esté fait, et ce qui reste encores a faire, et pareillement quil fault aussi que ledit general sen viegne pour besoigner au fait de mes finances [...] je vous prie prendre et accepter la charge de demourer par dela pour respondre et satisfaire a ce qui y pourra survenir»...
- 11 août, «A mon cousin le duc de LONGUEVILLE et a messrs les president de Selva [SELVE] et general de Normendye [Jacques
HURAULT]». Il leur envoie Jehan de PARIS «pour les causes quil vous dira desquelles vous le croyrez comme moymesme»...
- 13 août, «A mon cousin le duc de LONGUEVILLE et a messrs les premier president de Rouen [SELVE] et general de Normendye [Jacques Hurault ]». Il envoie à leur demande «quelque gentilhomme pour resider alentour du Roy d'Angleterre en vostre absence», et dépêche le Sieur de MARIGNY, bailli de Senlis, à qui ils diront «ce quil aura a faire et comme il aura a soy guider et conduyre»...
- 17 août, «A mon cousin le duc de LONGUEVILLE et a messrs les president de Selva [SELVE] et General de Normendye [Jacques
HURAULT]». «Je vous envoye le tailleur de ma femme que Dieu pardoint [...] auquel vous direz et ordonnerez ce quil aura a faire, et ladresserez a Marigny ou ailleurs ainsi que vous verrez quil sera requiz pour le myeulx»...
- Au Tilhart près Beauvais 23 septembre (la lettre est écrite par
Florimond ROBERTET), au Président de Selva [SELVE]. Il le prie de se rendre aussitôt auprès de lui «pour ce que je pourray avoir abesongner de vous a mon arrivée a Abbeville» [pour épouser Mary
Tudor le 9 octobre]...
On joint un important dossier sur cette ambassade:
- * 3 L.A.S. d'Étienne PONCHER (1446-1524, évêque de Paris et garde des sceaux), Paris 28 et 29 décembre [1513] et Saint-Germain 5 août [1514], longues lettres d'instructions au Président de Selve (6 pages in-fol., adresses, plus minute de réponse);
- * manuscrit en latin des PROCURATIONS au nom de Louis XII pour le traité et le paiement d'un million d'écus au Roi d'Angleterre pour obtenir la main de MARY TUDOR, soeur de Henry VIII (cahier petit in-fol. de 20 pages);
- * lettre chiffrée du 29 mars 1514, signée par ROBERTET de son paraphe (2 p. in-fol.), avec sa transcription: instructions du Roi pour la négociation du traité, notamment au sujet de l'Écosse (plus la copie d'une autre lettre d'instruction).
[Le Président Jean de SELVE (1475-1529) magistrat et diplomate.
Premier Président des Parlements de Rouen puis de Bordeaux, Vice-
Chancelier de Milan, puis Premier Président du Parlement de Paris, il fut chargé d'importantes missions diplomatiques en Angleterre pour la négociation de la paix et en Espagne pour la libération de François Ier.]
Archives Jean de Selve (15 mai 2013, n° 1)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue