GAETANO MERCHI (1747-1823)

Lot 249
20 000 - 25 000 €

GAETANO MERCHI (1747-1823)

La Guimard
Buste en pierre sculptée et patinée, la représentant la tête tournée vers l'épaule gauche, de trois quart face.
Elle est coiffée de feuilles de lierre, symbolisant
Terpsichore, et présente un bustier drapé à l'Antique
Époque Louis XVI, vers 1780
Contre socle de marbre bleu Turquin, à piédouche.
H: 77 - L: 53 cm
On y joint une colonne en bois sculpté laqué à l'imitation du marbre, à cannelures rudentées, à base pleine, quadrangulaire
H: 106 cm
Le buste que nous présentons est le portrait de l'une des plus célèbres danseuses de l'opéra de la seconde moitié du XVIIIe siècle: Marie-Madeleine Guimard (1743-1816), dite la Guimard.
Il reprend une composition en marbre blanc également signée Merchi qui se trouvait en 1893, selon Edmond de Goncourt, dans la collection d'un certain Monsieur Perrin et appartient de nos jours aux collections de la Bibliothèque de l'Opéra à Paris. Toujours selon Edmond de Goncourt, la terre cuite originale appartenait à la fin du XIXe siècle à la petite-fille de Victor Hugo et pourrait être l'exemplaire conservé aujourd'hui au musée des Arts décoratifs à Paris.
Gaëtan Merchi (1747-1823) est un sculpteur français, frère du musicien Joseph-Bernard Merchi (mort à Paris en 1793), qui semblait s'être spécialisé dans les portraits des personnalités du monde des théâtres de son époque; cela parait confirmer par une mention tirée des Mémoires secrets dans lesquels on peut lire à la date du 12 février 1782: «Les amateurs des arts et des spectacles s'empressent de se pourvoir d'une collection précieuse de bustes, que vient de mettre en vente le sieur Merchi, sculpteur.
Ils sont au nombre de quinze, et représentent
MM. Piccini, Sacchini, Legros, Laîné, Mlles Beaumenil, Girardin cadette, Guimard, Heynel, Théodore, Allard, Peslin, MM. Vestris père, Nivelon, Carlin, Mme Todi». Par la suite, Merchi, désireux de décliner les portraits des plus célèbres actrices et danseuses du temps, eut l'idée de réaliser des esquisses représentant notamment Mlle Théodore en bergère et Mlle
Guimard en Terpsichore.
Pour cela, il ouvrit une souscription pour vendre ces statuettes qui devaient être reproduites en talc et réparées par ses soins.
Cependant, l'on peut douter que son projet ait abouti, car il semble qu'aucun exemplaire de ces statuettes ne soit mentionné dans les catalogues de vente de la fin du XVIIIe siècle et du siècle suivant.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue