Lot 34
500 000 - 600 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 500 000 €

PIERRE BONNARD (1867-1947)


Intérieur à Vernon (étude), circa 1911
Huile sur toile, marquée du cachet de la signature en bas à gauche
44 x 73 cm- 17 1/4 x 28 3/4 in.
Oil on canvas, stamped with the signature lower left
PROVENANCE Succession Bonnard
Collection Léon Josephson, Neuilly-sur-Seine
Acquis avant 1964 et conservé depuis
BIBLIOGRAPHIE Dauberville Henry et Jean, Catalogue raisonné de l'oeuvre peint, Tome IV et supplément. Bernheim Jeune, 1966-1974, repr. n°02005 p320
Né en 1867, Pierre Bonnard entre à la faculté de droit, pour se conformer à la volonté paternelle, tout en suivant néanmoins les cours de l'Académie Julian et de l'École des Beaux-Arts. Il abandonne malgré tout sa carrière juridique en 1891, pour se consacrer entièrement à l'art. Bien que fortement marqué par des artistes comme Degas, Gauguin, Monet et Cézanne, et membre des Nabis, il développe tout au long de sa vie un vocabulaire pictural qui lui est propre. On y retrouve, sous une apparente simplicité, des thèmes souvent tirés du quotidien auquel un traitement chromatique vibrant confère une dimension flamboyante. L'artiste voyage beaucoup dès les années 1900, sillonnant l'Espagne, l'Italie mais aussi la Hollande et la Belgique.
C'est vers 1912 que Bonnard fait l'acquisition de sa maison à Vernonnet (près de Vernon), qu'il baptise sa « Roulotte ». Choisie pour sa vue sur la plaine normande, dans laquelle serpente la Seine, elle offre au peintre un havre de paix. Les entrevues du peintre avec Monet, ayant une maison non loin à Giverny, participent sans doute à la révolution conceptuelle qui l'habite alors et dont la toile que nous vous présentons est un magnifique exemple. La terrasse de cette maison, son atelier et sa salle à manger deviennent en effet les sujets de prédilection de l'artiste, à l'instar de cet Intérieur à Vernon.
Bonnard est avant tout coloriste: il confiera d'ailleurs à son beau-frère Charles Terrasse que, dans nombre de ses tableaux, la couleur prime sur la forme. Il use ici de sa parfaite maitrise du ton pour brosser une atmosphère chaleureuse: le rouge des murs et des chaises, le jaune de la porte et de la fenêtre, alliés au gris bleuté du sol, drapent cette scène d'une étrange douceur. Cette palette contraste avec le blanc légèrement rosé et bleuté de la table, mettant en valeur la centralité de la lampe. Auréolée d'un napperon violet qui la détache de l'arrière-plan, la flamme attire l'oeil du spectateur; c'est là que le talent du peintre se dévoile: toutes les couleurs chaudes utilisées par ce dernier dans la pièce se retrouvent ainsi concentrées dans cette petite lueur.
Si la couleur tient très tôt une place centrale dans le travail de Bonnard, la composition de la toile, en ce qu'elle vient créer de l'harmonie et de l'ordre, joue également un rôle majeur.
Alors que de nombreuses peintures de l'artiste représentent cette salle à manger et cette même lampe à pétrole, l'angle adopté dans l'oeuvre que nous vous présentons est absolument inédit.
La lampe apparait en effet comme le centre de gravité de la pièce, astre artificiel autour duquel s'agencent l'ensemble des meubles et objets. Le halo rayonnant autour de la flamme, auquel répond celui du napperon sur la table, accentue cet effet de gravité, tout comme la forme circulaire de la table, ainsi que l'agencement des meubles dans la pièce.
Le temps semblerait totalement suspendu si l'artiste n'avait attiré l'attention du spectateur, par quelques aplats si caractéristiques de son talent, vers la présence de la silhouette d'une femme s'éloignant sur la droite et s'opposant, par sa forme et sa position, à une poire, simplement posée sur le côté gauche de la table. Si son visage est à peine dessiné, les subtils coups de pinceau de l'artiste donnent vie et mouvement au personnage et incitent le spectateur à vouloir entrer dans l'intimité de cette maison.
Par ces formes qui se répondent autour du centre de la pièce, Bonnard manifeste avec talent la quiétude d'un lieu qui apparait comme baigné d'une douce chaleur.
Léon Werth, critique d'art et familier de l'oeuvre de Bonnard, soulignait la singularité du regard de Bonnard sur le monde du quotidien dans la monographie qu'il lui consacra: « Bonnard peint-il le monde ? Je crois plutôt qu'il assiste à la naissance du monde, à la naissance soudaine et miraculeuse des objets et des personnages devant lui, l'Univers est nouveau-né (...) ». Son indépendance picturale, sa volonté de faire voir tout ce qui peut être vu, et sa maitrise des couleurs et de la structure de ses tableaux, font effectivement de Pierre Bonnard l'un pilier de la peinture moderne.
Born in 1867, Pierre Bonnard studied law to please his father, while nevertheless also attending classes at the Académie Julian and the École des Beaux-Arts. In 1891, he abandoned his law career to fully devote himself to art. Although strongly influenced by artists like
Degas, Gauguin, Monet and Cezanne, and belonging to the Nabis, he developed an idiosyncratic style throughout his life. With apparent simplicity, themes he often found from everyday life were treated with vibrant colors, which produced bold results. In the 1900s, the artist traveled across
Spain and Italy as well as in Holland and Belgium.
Around 1912, Bonnard acquired his house in Vernonnet (near Vernon), which he named his “Roulotte”. Chosen for its view of the Normandy plain, where the river Seine flows, it was a haven of peace for Bonnard. The painter's interactions with Monet, who had a house nearby in Giverny, no doubt contributed to the conceptual revolution that drove him, and of which the painting presented here is a magnificent example. The terrace of this house, his studio and his dining room indeed became favorite subjects of the artist, like in Interior in Vernon.
Bonnard is above all a colorist.
He even confided to his brother-in-law Charles Terrasse that color takes precedence over form in many of his paintings. Here he uses his perfect mastery of hues to create a warm atmosphere. Red walls and chairs, the yellow door and window, together with the bluish gray floor, make this an oddly comfortable scene. This range of colors provides a contrast with the table's slightly pink and bluish white, which highlights the lamp's central position. The aureole of a purple placemat makes it stand out from the background, and the flame attracts the viewer's eye. The painter's talent is revealed as all the warm colors used for the room are concentrated in this small glow.
If color plays a major role in Bonnard's work, the painting's composition is also key in creating harmony and order. While many paintings of the artist depict this dining room and the same oil lamp, the vantage point of the work presented here is absolutely new.
The lamp indeed appears as the room's center of gravity, an artificial body around which all furniture and objects gravitate.
The aureole that surrounds the flame, echoed by the brightness surrounding one of the placemats on the table, accentuates the sensation of gravity, as does the table's circular shape and the room's furniture arrangement.
Time would appear totally suspended if the artist had not attracted the viewer's gaze with a few highly characteristic strokes of solid color towards the presence of a woman's silhouette moving away on the right, with her shape and position creating a contrast with a pear simply placed on the left side of the table. Although her face is barely depicted, the artist's delicate brush strokes give the figure life and movement and give the viewer the desire to enter into the privacy of this home.
By arranging these forms around each other in the center of the room, Bonnard skillfully renders the tranquility of a place that looks like it has been bathed in soft warmth.
Leon Werth, an art critic familiar with Bonnard's artworks, emphasizes the singularity of
Bonnard's gaze upon everyday life in the monograph he consecrated to him: “Does
Bonnard paint the world? I rather believe he observes the birth of a world, a sudden and miraculous birth of the objects and characters before him, the Universe is a newborn (...) “.
His pictorial independence, his desire to show everything that can be seen and his mastery of his paintings' colors and structure, make Pierre
Bonnard a pillar of modern painting.
皮埃尔伯纳德出生于1867年,为了遵循父亲意 愿,他进入了法学院进行学习,随后他参加了 朱利安学院和美术学院的课程。 他于1891年
放弃了所有法律事业,完全投身于艺术。 虽然 德加,高更,莫奈和塞尚等艺术家以及那比派 成员的影响力很强,但他终其一生都在发展具
有自己特色的图画词汇。 简单而言,我们发现 他作品的主题常常来自日常生活,他用色彩鲜 明的处理手法展现了生活华丽的一面。 这位艺
术家自20世纪以来进行了多次旅行---横跨西班 牙,意大利,荷兰和比利时。 大约在1912年,伯纳德在弗农内(弗农附近)
购置了一套房子,并将其命名为“Roulotte” ,选择它的原因是为了拥有能看到蜿蜒流淌的 塞纳河和诺曼底平原的风景,它为画家提供了 一个和平安详的港口。 画家与莫奈有几次会 面,他在吉维尼不远处有一所房子,这无疑是 属于正在发生的概念革命的一部分,我们向您 呈现的作品就是一个极佳范例。 这座房子的露 台,他的工作室和他的餐厅成为艺术家最喜欢 的主题,就像弗农的这个内部装饰 伯纳德首先是一位调色师:他曾告诉他的姐夫
Charles Terrasse,在他的许多作品中,色彩 会优于形体。 在此,他以对色调完美的运用营 造出一种温馨的氛围:红色的墙壁和椅子,黄 色的门和窗户,与灰蓝色的地板结合在一起, 赋予了这个场景一种奇妙的的恬静气氛。 调色 盘上略带粉调的白色与桌子上蓝色调的对比, 更突出了灯的中心性。 紫色的餐垫从远景中脱 颖而出,火焰吸引着观众的目光; 这就是画家 的才华所在:画面中房间里所有暖色调都集中 在于这个小光辉中。 如果说色彩的运用在伯纳德的作品中处于中心 位置的话,那么画作的构图也处于同等重要的 位置,因为构图是呈现画面和谐感和秩序感的 精髓所在。虽然在画家的许多作品中都对这个 餐厅和油灯进行了描绘,但我们为您呈现的作 品里,您会发现,画家所采用的角度是前所未 有的。 灯所展现的是这幅作品的重心,画面中所有家 具和物件都围绕着这个人造的光晕。 火焰所散 发出来的光晕,与餐桌上的餐垫进行响应,此 外还有桌子的圆形形状,以及房间里家具的布
置,这些都强调了画面的重心。 如果艺术家没有引起观众的注意,那么时间就 似乎完全静止了,这个时候,他的天赋体现在 了对画面细节的处理上---画 面右侧远景处出现 了一名女性的身影,她的身影和姿势与画面桌 子左侧的一只梨相互呼应着。画家几乎没有在 人物的脸上进行精致的刻画,但他以微妙的笔触给以人物生命感和运动感,并以此激发起观 众想要一探房间细节的欲望。通过这些形体在 房间中央围互相呼应的形式,伯纳德以他的天
赋才能体现了一个看似浸浴在温和气氛中的场 景 艺术评论家Léon Werth对伯纳德的作品非常 熟悉,他在他的一部关于伯纳德的专著中强调 了伯纳德对日常生活和对这个世界的独特看 法:“伯纳德是在描绘世界吗? 我更相信他是 在帮助这个世界的诞生,是在帮助在他面前偶 然如奇迹般出现的人与物的诞生。 他的绘画独 立性,他想要尽可能地展示一切可见细节的愿 望,以及他对画作的色彩和结构的掌握,使得 皮埃尔伯纳德成为现代绘画的支柱之一。
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue