Lot 4
150 000 - 200 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 207 760 €

LE PHO (1907-2001)


Jeune fille à la rose, circa 1941
Encre et couleurs sur soie, signée en bas à gauche
41 x 32.2 cm - 16 1/8 x 12 5/8 in.
Ink and color on silk, signed lower left
BIBLIOGRAPHIE L'âme du Vietnam, Editions Cercle d'Art, Paris, 1996, repr. p. 58
Waldemar George, Le Pho, Wally F. Findlay
Galleries Int., Inc, oeuvre reproduite
EXPOSITION L'âme du Vietnam, Le Bon Marché, Paris, 1996 (?)
PROVENANCE
XUẤT XỨ
Collection privée, Paris
Bộ sưu tập tư nhân, Paris
Témoignage de la mixité culturelle qui a fait de lui l'une des figures de proue de l'Ecole de Hanoi, cette oeuvre est un remarquable travail de Le Pho, par lequel l'artiste rend une fois encore hommage à la beauté féminine. L'attitude de la jeune fille, recueillie et sereine, est dépeinte avec la plus grande délicatesse, dans le respect de la tradition asiatique. La clarté de son teint se détache avec éclat de son vêtement noir et du fond bleuté tandis que son voile, presque aérien, met en valeur sa chevelure d'un noir profond. Les lignes droites de l'encadrement tranchent avec l'ovale de ce doux visage, ainsi porté au rang d'icône.
L'influence européenne est également prégnante; la posture humble et le voile clair évoquent les madones de la Renaissance et la rose appelle à elle toute une idéologie occidentale de l'amour et de la virginité, inspirée des oeuvres du Quattrocento.
This remarkable artwork by Le Pho is a homage to female beauty and demonstrates the cultural mix that made him a leading figure of the School of Hanoi. The young girl's pensive, calm position is delicately portrayed in keeping with the Asian tradition. Her light complexion stands out due to its contrast with her black clothing and the bluish background.
Her almost aerial veil accentuates her deep black hair. The straight lines of the framing provide a contrast to the oval shape of this gentle face, which thereby reaches the rank of an icon.
The influence of European art is significant in this work, with the girl's humble posture and light-colored veil recalling a Renaissance
Madonna. As for the rose, it recalls the Western ideology of love and virginity as inspired by the works of the Quattrocento.
“... Le Pho pratique un art d'expression chinoise tributaire du passé. Il peint à l'aquarelle sur des supports de soie et de papier. Sa main bien exercée est alerte et docile. Ses pinceaux sont étroits et minces ou revêtent l'aspect des petits balais. Sa touche est délicate, sensible et frémissante.
Ses oeuvres peuvent être assimilées à des poèmes muets.
Comme ses ancêtres, lorsqu'il est incapable de s'exprimer en vers, Le Pho a recours aux couleurs et aux lignes. Il définit la forme par des signes elliptiques. (...) Quelques-unes des figures de Le Pho (...) ont l'élégance hiératique et gracile, le dessin et l'extrême raffinement de certaines pièces maîtresses du Quattrocento.
Elles révèlent une civilisation qui est un art de vivre et une idée courtoise de l'amour.
L'amour courtois n'est-il pas une des plus belles conquêtes de la chevalerie française à son déclin et de la Chine des empereurs philosophes, esthètes et fins lettrés ? ”Waldemar George, Le-Pho, Wally Findlay Galleries Int., Paris, 1970.
“ Le Pho practices an art of Chinese expression that is tributary to the past. He paints in watercolor on silk and paper supports. His dexterous hand is alert and docile. The brushes he employs are fine and narrow or assume the shape of small brooms.
His brushwork is delicate, sensitive and quivering.
His works can be likened to silent poems. Like his ancestors, Le Pho uses colors and lines when he cannot express himself in words. He defines forms with elliptical outlines. (...) Some of the figures of Le Pho (...) possess the graceful elegance, the draughtsmanship and the extreme refinement of certain masterpieces of the Quattrocento.
They articulate a culture that is an art of living with a courteous notion of love.
Is courtly love not one of the finest conquests of declining French chivalry, and of China's philosophical, aesthetic, and fine-minded emperors? ”
Waldemar George, Le-Pho, Wally Findlay Galleries Int., Paris, 1970.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue