GIROLAMO FRANCESCO MARIA MAZZUOLI DIT LE PARMESAN (PARME 1503 - CASALMAGGIORE 1540)

Lot 2
80 000 - 120 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

GIROLAMO FRANCESCO MARIA MAZZUOLI DIT LE PARMESAN (PARME 1503 - CASALMAGGIORE 1540)

Le couple amoureux
Plume et encre brune 13,5 x 15,5 cm
Porte au verso des inscriptions
Porte en bas à droite les cachets des collections Peter Lely (Lugt n° 2092), Richard Cosway (Lugt n° 628), Sir Thomas Lawrence (Lugt n° 2445), Robert Prioleau
Roupell (Lugt n° 2234), et en bas à gauche deux cachets de collections non identifiés
Couple in Love
Pen and brown ink 13,5 x 15,5 cm (5.3 x 6.1 inches)
Inscriptions on the back; stamps of different collections including: Peter Lely (Lugt n° 2092), Richard Cosway (Lugt n° 628), Sir Thomas Lawrence (Lugt n° 2445), Robert Prioleau Roupell (Lugt n° 2234), and two unidentified stamps.

PROVENANCE:
Collection Peter Lely
Collection Richard Cosway
Collection Thomas Lawrence
Collection Robert Prioleau Roupell
Vente, Londres, Christie's, 12 juillet 1887, n° 820 (comme Raphaël, 4 gns)
Vente anonyme, Londres, Christie's, 14 avril 1992, n° 86, reproduit, (Parmesan).

BIBLIOGRAPHIE:
D. Ekserdjian, «Unpublished drawings by
Parmigianino: Towards a Supplement to
Popham's catalogue raisonné», Apollo, vol.
CL, Londres, août 1999, n° 450, pp. 38 - 39, n° 71, reproduits fig. 91 et 92
D. Ekserdjian, Parmigianino, New Haven et Londres, 2006, p. 110, reproduit fig. 106
S. Béguin, M. Di Giampaolo et M. Vaccaro, Parmigianino: the Drawings, Turin, 2000, n° 85, reproduit
A. Gnann, Parmigianino: Die Zeichnungen, vol. I, Petersberg, 2007, n° 326, reproduit.
David Eskerdjian, a été le premier à publier ce dessin qu'il situe dans la deuxième partie de la carrière du Parmesan, vers 1530 - 1540, lors du retour de l'artiste à Parme. Il rapproche cette oeuvre d'un dessin de composition très proche, conservé au musée de Budapest (voir
A. E .Popham, Catalogue of the Drawings of
Parmigianino, New Haven - Londres, 1971, n° 28, reproduit pl. 416). Il établit également une filiation avec une des estampes de l'ouvrage
I Modi de Marcantonio Raimondi, d'après
Giulio Romano.
Achim Gnann quant à lui, place le dessin plus tôt, vers 1524 - 1526, dans la période romaine du Parmesan.
Marcantonio Raimondi, Il Bolognese d'après
Vasari, fut à la fois graveur et orfèvre. Il travailla notamment à Venise où il passa pour avoir gravé des contrefaçons d'après Durer.
Vers 1510, il s'établit à Rome où il fréquenta le cercle d'artistes qui travaillaient dans l'entourage de Raphaël. En 1524, il fut brièvement arrêté sur l'ordre du pape Clément
VII pour avoir édité des gravures érotiques rassemblées sous le titre I Modi. Ces gravures reprenaient des oeuvres de Giulio Romano, qui lui-même s'était inspiré d'antiques. La première édition de cet ouvrage fut détruite.
La deuxième édition, dont il ne reste que quelques fragments, fut accompagnée de vers de l'Arétin. Ces fragments furent réédités au XIXe siècle par l'antiquaire et dessinateur
Jean Frédéric de Waldeck.
David Ekserdjian note cependant quelques variantes entre la gravure de I Modi et notre dessin. La femme ne passe plus le bras autour du cou de l'homme, ce qui permet de dégager le profil de ce dernier (voir D. Ekserdjian, op. cité supra, 2006, p. 110, fig. 107)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue