SEURAT GEORGES (1859-1891).

Lot 154
25 000 - 30 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

SEURAT GEORGES (1859-1891).

L.A. (minute) avec 2 CROQUIS, [Gravelines] 28 août [1890], à Maurice BEAUBOURG; 3 pages à l'encre brune sur 2 feuillets grand in-8 de papier vergé (23,8 x 15,5 cm; le 2e feuillet délicatement doublé au dos d'un papier japon; quelques infimes fentes ou déchirures marginales bien restaurées).

Document capital, véritable manifeste esthétique de Seurat et bilan de son oeuvre, quelques mois avant sa mort prématurée.
[C'est à la demande du journaliste Maurice BEAUBOURG (1866-1943) que Seurat rédigea les brouillons de ce credo esthétique, celui-ci étant le plus développé et élaboré des quatre. La lettre ne fut jamais envoyée; elle fut révélée par Félix Fénéon le 17 juin 1914 dans le Bulletin n° 9 de la galerie Bernheim-Jeune.
«Nul ne pouvait imaginer que la mort prématurée de Seurat à trente et un ans, le 29 mars 1891, [...] ferait de cette lettre une sorte de tes- tament du peintre néo-impressionniste» (Anne Distel).
Ce manuscrit présente d'intéressantes ratures et corrections.]
Seurat évoque d'abord la mort d'Albert DUBOIS-PILLET, le fondateur de la Société des artistes indépendants, «un coeur loyal une nature droite que nous regretterons. Il était doublé d'un chercheur [...] Je connaissais moins intimement VAN GOGH. En 1887 je lui parlais pour la première fois dans un bouillon populaire situé près de la fourche avenue de Clichy [...] Un immense hall vitré était décoré par ses toiles. [...] Signac m'a appris sa mort ainsi: “Il se flanque une balle dans le côté; elle traverse le corps et va se loger dans l'aine. Il se promène deux kilomètres, perdant tout son sang et va expirer à son auberge». Puis il en vient à sa propre oeuvre, en dressant la liste de ses «grandes toiles», avec leurs dimensions et les expositions: «Baignade (Asnières) 2 mètres/3 mètres. ex. indépendants (groupe) 15 mai 1884. New York 1885.
études pour un dimanche à la grande Jatte. Indépendants (société) décembre 1884.
Un dimanche à la grande Jatte. 1884 3 mètres/2 mètres. Indépen- dants Août 1886. Impressionnistes Mai 1886. Bruxelles Février 1887. études à la grde Jatte et à Honfleur à Grandcamp.
Indépendants de 1887 études faites à Honfleur. Petite Poseuse. Indépendants 1888 Poseuses. 2 mètres/2 m 50. Dessins
Bruxelles 1889 id.
Indépendants 1889 études faites au Crotoy.
Indépendants 1890 Chahut 1 m 50/2 m. études grande Jatte Port en Bessin».
Il renvoie à la notice biographique sur lui des Hommes d'aujourd'hui par Jules Christophe, et à celle sur Signac par Félix Fénéon. Il fait la liste des «grandes toiles de SIGNAC».
Dans la notice de Christophe, Beaubourg trouvera «la technique du mélange optique parfaitement décrite au point de vue scientifique», mais Seurat veut reprendre la «note esthétique et technique» qu'il avait rédigée et que l'imprimeur a mal traduite.
«Esthétique:
L'art c'est l'Harmonie
L'Harmonie c'est l'analogie des Contraires, l'analogie des semblables de ton de teinte de ligne considérés par la dominante et sous l'in- fluence d'un éclairage en combinaisons gaies calmes ou tristes.
Les contraires ce sont: pour le ton un plus lumineux/clair pr un plus sombre pour la teinte les complémentaires, c.a.d. un certain rouge opposé à sa complémentaire etc.

Rouge - Vert
Orange - Bleu
Jaune - Violet
our la ligne celles faisant un angle droit.

La gaîté de ton c'est la dominante lumineuse, de teinte la dominante chaude, de ligne, les lignes au-dessus de l'horizontale. [croquis]
Le calme de ton c'est l'égalité du sombre et du clair, de teinte du chaud et du froid et l'Horizontale pour la ligne.
Le triste de ton c'est la dominante sombre de teinte la dominante froide et de ligne les directions abaissées [croquis]

Technique
Étant admis les phénomènes de la durée de l'impression lumineuse sur la rétine
La synthèse s'impose comme résultante
Le moyen d'expression est le Mélange optique des tons des teintes (de localités et de la couleur éclairante, soleil lampe à pétrole gaz etc.) c'est à dire des lumières et de leurs réactions (ombres) suivant les lois du contraste de la dégradation de l'irradiation.
Le cadre est dans l'harmonie opposée à celle des tons des teintes et lignes du tableau» [2 croquis].

Expositions

Seurat, Grand Palais, 1991 (fig. 96). Livres du cabinet de Pierre Berès, château de Chantilly, 2003 (n° 49, notice par Anne Distel).

Bibliographie

Robert L. Herbert, «“Esthétique” de Seurat», cat. de l'exposition Seurat, Grand Palais, 1991 (p. 422-423, 429-431).

PROVENANCE

Collection Pierre BERÈS (4e vente, 20 juin 2006, n° 130).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue