1954
CHEVROLET CORVETTE C1 «BLUE FLAME»
EX PHILIPPE CHARBONNEAUX – COLLECTION DU MUSÉE AUTOMOBILE DE REIMS CHAMPAGNE

Lot 190
Aller au lot
40 000 - 60 000 EUR
Result with fees
Result : 46 344 EUR

1954
CHEVROLET CORVETTE C1 «BLUE FLAME»
EX PHILIPPE CHARBONNEAUX – COLLECTION DU MUSÉE AUTOMOBILE DE REIMS CHAMPAGNE

Un exemplaire très rare de la première génération de Corvette
Provient de la collection personnelle de son designer
Le symbole de l’American Way of Life

Carte grise française
Châssis n°E54S004556

Merci de noter que la voiture est vendue sans contrôle technique

A son lancement, le prospectus Corvette annonçait aux consommateurs : «  The American Sports Car of the Future ! » (La voiture de sport américaine du futur). Les rédacteurs de la publicité avaient vu juste. La Corvette fait rêver, mais les Américains n’imaginent pas pouvoir se l’offrir. Ce n’est pas tant son prix qui pose problème, mais l’image qu’elle renvoie : la Corvette est trop avant-gardiste. En effet, elle est la première voiture de série dont les lignes étaient issues d’un concept car, et surtout la première voiture de série à posséder une carrosserie en fibre de verre. Au début des années 1950, les Américains conçoivent l’automobile comme objet de consommation, mais pas encore comme instrument populaire de loisir. Il existe des voitures de sport, mais elles sont réservées à une élite. Chevrolet entend donc démocratiser la voiture de sport. Contrairement aux américaines de son époque, c’est une petite voiture : 4.25 m de long pour une largeur de 1.77 m. Comme chaque chose en avance sur son temps, aux débuts hésitants, avant de conquérir le cœur des fans, la Corvette deviendra un best-seller jamais démenti. La voiture que nous présentons a une histoire singulière. Elle fut tout simplement la voiture personnelle de celui qui la dessina, Philippe Charbonneaux ! Designer industriel de génie, il se spécialisa très tôt dans l’automobile. Après avoir étudié en 1948 avec Jean-Pierre Wimille une voiture de type GT à moteur central, il part aux ÉtatsUnis, à Detroit, travailler quelques mois au centre de style de la General Motors afin de concevoir une voiture de sport, la Chevrolet Corvette : des lignes comme dessinées par le vent et une voiture devenue légendaire ! À son retour, déçu par les méthodes de travail américaines, il s’installera à son compte à Paris et aura la carrière qu’on lui connait aujourd’hui. Soucieux de réunir toutes les voitures qu’il dessina au cours de sa carrière, il créera en 1985 le Musée de Reims-Champagne dont une partie de la collection sera offerte à la Cité de l’Automobile de Mulhouse en 2015. C’est dans ce contexte qu’il achètera ce modèle de 1953 équipé du moteur 6 cylindres en ligne 3.9l de 160 chevaux. Dans un bel état d’origine et surtout complète – important tant les pièces des premières séries sont devenues rares et onéreuses – la voiture fut remise en route il y a quelques années par la fille du designer et plus récemment les pneus sont changés ainsi que la capote. Equipée de la boite automatique Powerglide à deux rapports, la voiture est caractéristique de l’esprit américain des années 1950, elle est une occasion unique de s’approprier l’un des mythes de l’automobile, dotée de plus d’une provenance de choix !


Rare example of the first-generation Corvette
Important provenance
The American way of life on four wheels

French registration papers
Chassis N° E54S004556

Please note that the car is sold without roadworthy test

At its launch, the catalogue for the Corvette billed it as ‘The American Sports Car of the Future’. The copywriters had hit the nail on the head. To be sure, the Corvette was a dream car, but for the average American that was just what it remained. It wasn’t just a question of price, but also one of image. As the first production model to be directly spun off from a concept car, and above all as the first one to be made of glassfibre-reinforced plastic, it was just too ahead of its time. It was also small, at 4.25m (13ft 11in) long and 1.77m (5ft 10in) wide, at a time when big was best. At the beginning of the 1950s.
Americans saw the automobile as an object of everyday consumption rather than as a leisure object. Sports cars were reserved for an elite, and here was Chevrolet trying to democratise the breed. But as with every product that is ahead of the curve, after a hesitant start the Corvette begun to win hearts and eventually became an undoubted success.
The car presented here has a fascinating history, as it once belonged to French industrial designer and car stylist Philippe Charbonneaux. After working in the 1947–48 period on the mid-engined Wimille conceived by racing driver Jean-Pierre Wimille, in 1949 Charbonneaux left for a six-month placement in the General Motors styling department. During this time he developed various themes that would find their way onto future GM designs – including the original Corvette, whose form owes something to his work. The scooped sides of the ’56 Corvette, furthermore, are a typical Charbonneaux detail, also found, for instance, on the Presidential Citroën 15–Six that he created for Franay.
Later in life, Philippe Charbonneaux was keen to bring together in one place all the vehicles with which he had been associated over the years, and in 1985 he set up his own museum in Reims, the Centre Historique de l’Automobile Française, of which some exhibits were offered to the Cité de l’Automobile in Mulhouse in 2015. It is this context that he bought this 1953 Corvette, equipped with the correct 160bhp 3.9-litre straight-six. Complete which is important given the scarcity of first-series Corvettes, the car was put into working order a few years ago by the Charbonneaux family. A fuel system and new tires were fitted. Equipped with a two-speed Powerglide transmission, the car is ready for the road, and is a wonderful slice of classic 1950s Americana. Here is a rare occasion to acquire a genuinely mythical car, with a very special provenance.

 
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue