1976 - FERRARI 365 GTC/4

Lot 191
Aller au lot
240 000 - 280 000 EUR

1976 - FERRARI 365 GTC/4

Modèle rare bénéficiant d'une restauration intégrale récente 500 exemplaires produits
Superbe combinaison de couleurs d'origine
Rare model given recent full overhaul 500 cars produced
Superb combination of original colours
Carte grise française
Châssis: F101AC10114733
Moteur/Engine: 12 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 4390 cc - 320 ch
Modèle rare à la carrière courte qui fit la jonction entre la 365 GT 2+2 et la 365
GT4 2+2, la 365 GTC/4 fut dévoilée au Salon de Genève en 1971. Contemporaine de la vénérée Daytona, la 365 GTC/4 utilisait un châssis identique, ainsi que la version à carter humide du V12 à quatre arbres à cames en tête, de 4 390 cm3 avec une puissance légèrement inférieure (320 ch). Ce V12 est associé à une boîte à cinq rapports conventionnels en lieu et place de la transaxle de la Daytona. La culasse a été aménagée pour recevoir des carburateurs horizontaux et a ainsi permis au carrossier Pininfarina de réaliser une ligne de capot élégante et basse. ‘'Discrète, sobre et élégante dans son ensemble, avec des subtilités qui s'apprécient en la contemplant attentivement.
On pourrait dire qu'il s'agit d'une Ferrari dédiée à l'enthousiaste averti'', écrivait le magazine Road & Track. Dans l'ensemble plus civilisée et plus facile à conduire que la lourde Daytona, la rapide 365 GTC/4 recevait une direction assistée ZF, des freins servo-assistés de série, l'air conditionné en option et un intérieur particulièrement luxueux, équipé de sièges individuels rabattables à l'avant, ainsi que de sièges d'appoint à l'arrière. En dépit d'un raffinement accru, la 365 GTC/4 ne cédait rien à ses concurrentes en termes de performances, parcourant le 400 mètres départ arrêté en moins de 16 secondes avec une vitesse maximale de plus de 240 km/h. Quand le modèle fut arrêté, en octobre 1972, la production totalisait seulement 500 exemplaires. Ce qui en fait un modèle particulièrement désirable aujourd'hui.
Notre 365 GTC/4 a été livrée neuve en 1971 à Milan à un riche industriel italien qui en sera propriétaire jusque dans les années 1990. Elle est ensuite acquise par un collectionneur allemand qui décide en 2012 de la faire restaurer intégralement et d'en changer la teinte d'origine. Préférant le Amaranto bull lea au Nero d'origine, la voiture fut entièrement décapée. Au final, carrosserie, moteur, boite de vitesses, sellerie... seront refaits dans les ateliers de Rose
Meyer en Allemagne. Offerte flambant neuve à son épouse, cette 365 GTC/4 n'a parcouru depuis sa restauration que 2000 kilomètres pour atteindre les 82 000 km d'origine affichés aujourd'hui au compteur. Autrement dit, le moteur est encore en rodage... Cette rare et magnifique Ferrari est livrée avec son dossier de restauration complet (photographies et nombreuses factures). Montée sur ses magnifiques jantes Borrani, la voiture a récemment reçu de nouveaux freins et des amortisseurs neufs (entretien très couteux). Présentée à un prix réellement attractif, elle laisse la possibilité à son acquéreur de l'utiliser ainsi ou d'investir en carrosserie pour redonner à cette automobile majestueuse sa couleur d'origine.
A rare model with a short career that was the link between the 365 GT 2+2 and the 365 GT4 2+2, the 365 GTC/4 was unveiled at the 1971 Geneva Auto Show.
A contemporary of the venerated Daytona, it uses the same chassis and the wet sump version of the V12 with four overhead camshafts and a cubic capacity of 4,390 cm3, producing slightly less power (320 horsepower). It's connected to a conventional five-speed transmission instead of the transaxle found in the Daytona.
The cylinder was reworked to fit horizontal carburettors, which let Pininfarina design a body with an elegant, low hood. “Discreet, austere and elegant, with nuances that can be appreciated with given attentive contemplation. It could be said that it is a Ferrari made for the knowledgeable enthusiast,” Road & Track Magazine wrote.
On a whole more civilised and easier to drive that the heavy Daytona, the quick 365
GTC/4 was given ZF power steering and stock power-assisted brakes, optional air conditioning and a particularly luxurious interior equipped with individual foldable front seats and small rear seats. Despite a more refined design, the 365 GTC/4 left nothing to its competition in terms of performance, going 400 meters from a standstill in under 16 seconds and with a maximum speed of more than 240 km per hour (149 mph). When the model was discontinued in 1972, the production output totalled only 500 cars. That's what makes it particularly desirable today.
Our 365 GTC/4 was delivered new in 1971 to Milan to a rich Italian industrialist who was the owner until the 1990s. It was then bought by a German collector who decided in 2012 to have it completely overhauled and to change its original paint job. He then had it sanded down to the chassis before repainting, preferring the Amaranto bull lea to the original Nero colour. Lastly, the body, engine, gearbox, seat upholstery, etc. were restored in the garage of Rose Meyer in Germany. A brand-new gift for his spouse, this 365 GTC/4 has not been driven more than 2,000 km (1,242 miles) since its restoration, bringing the original mileage to 82,000 km (50,950 miles) as currently displayed on the odometer. You could say that the engine is still being broken in... This rare and magnificent Ferrari is delivered with its comprehensive restoration documentation (photos and numerous invoices).
Rolling on splendid Borrani rims, the car has more recently received new brakes and new shocks, an extremely expensive service. Offered at a truly attractive price, it leaves the possibility open to the buyer to drive it as is or invest in the body and return it to its majestic original colour.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue