LOUŸS Pierre (1870-1925).

Lot 264
Got to lot
Estimation :
400 - 600 EUR
Result with fees
Result : 390EUR
LOUŸS Pierre (1870-1925).

5 L.A.S. «P.L.», [1903-1917], à Maurice Sailland dit CURNONSKY; 8 pages formats divers, une adresse.
[1903, avec une coupure de presse sur la nomination d'Henry Marcel aux Beaux-Arts], lui offrant de «collaborer à un grand journal parisien, payant bien, mais sérieux en diable, [...] quel genre d'articles aime­riez-vous faire ?»; il s'agit du «nouvel Éclair où je crois avoir un peu de crédit»...-[Biarritz 20.IX.1906], sur une formule de télégramme annotée: «Lettre inestimable. Attends suite avec impatience que je qualifierai de fébrile»... [1907] «SALOMÉ.-Ta bouche ! Laisse-moi baiser ! Richard STRAUSS. Salomé. 1907, in-4°, p. 64. Rien ne saurait dépeindre, cher ami, l'effarement, la pudeur, le scandale, le rougisse­ment, la juste indignation [...], bref les stupéfactions de toutes sortes où je me suis plongé en lisant la page 64 de la partition de Richard Strauss, piano et chant, paroles françaises et même argot. Vérification faite il y avait dans le texte: “Laisse moi baiser ta bouche”. Ma vaste connaissance des langues ultrarhénanes me fait supposer qu'on avait traduit cela par: Lass' mich deinen Mund küssen ou quelque chose d'approchant. D'où il suit que Strauss aura voulu conserver l'ordre des mots sur lesquels il avait écrit sa phrase musicale.-N'empêche que c'est effrayant. Si maintenant, dans le théâtre moderne, les jeunes filles vierges répondent aux saints prophètes: “Ta bouche ! laisse-moi baiser !”, je ne me consolerai jamais d'avoir contribué à l'abolition de la censure par un de ces articles néfastes où... Ah ! misère !»...-Beauvais (en-tête du Grand Café du Châlet). Après un amusant dialogue à un kiosque: «Fantasio est vraiment le plus gourde de tous nos périodiques, pour aller photographier le nommé Prudhomme aux Mathurins, et si peu ressemblant quand il pousse ici comme des petits pâtés dans une plate-bande selon la belle métaphore de Mme de NOAILLES»... [28.I.1917], avec coupure de presse commentée. «Or ça, Curnonsky, comment se porte Votre S
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue