GOUNOD Charles (1818-1893)

Lot 1349
Aller au lot
Estimation :
1000 - 1200 EUR
Result with fees
Result : 1 235EUR

GOUNOD Charles (1818-1893)

L.A.S., Meudon 27 septembre 1844, à son ami Gabriel de VENDEUVRE; 5 pages in8 remplies d'une petite écriture serrée.
Magnifique et longue lettre sur la musique et sur sa vocation religieuse.
Gounod est très sensible au tendre intérêt que lui porte Vendeuvre et le considère comme un envoyé tout spécial de la Providence... Il a passé l'été à Meudon où il a loué «une petite bicoque» près du chemin de fer pour pouvoir se rendre facilement à l'église des Missions Étrangères, dont il est le maître de chapelle, mais une maladie inflammatoire l'en a tenu éloigné tout un mois. Il a cependant produit une assez grande quantité de nouvelles compositions: «C'est de musique sacrée que je me suis spécialement occupé et que je m'occuperai même désormais uniquement. Cette pauvre musique sacrée est depuis assez long-tems délaissée pour que des âmes un peu charitables viennent l'exhumer et la ressusciter: je crois que l'heure est venue. L'homme a depuis plus d'un siècle assez activement remué le sol des passions et de la sensualité brute; à nous maintenant de sillonner celui de vrais sentiments de l'âme et de lui montrer que sa route est plus haut. C'est assez vous dire que j'ai complètement renoncé à la carrière dramatique»... Il fait part de sa détermination à embrasser définitivement l'état ecclésiastique, tout en demandant le plus fidèle secret. Ses sentiments religieux n'ont fait qu'augmenter de jour en jour: «plus je me suis rapproché de Dieu plus j'y ai senti d'attrait: puis de vivre auprès de lui j'en suis venu à désirer de vivre en lui [...] J'ai cru me sentir appelé au ministère ecclésiastique [...] et me voici maintenant amené à ne pouvoir plus me refuser à cet appel. C'est une grâce immense que Dieu me fait là: il m'y a conduit comme par la main [...] me laissant en quelque sorte grandir sous le soleil des sentiments jusqu'à ce que je fusse capable d'être éclairé par celui des idées de la foi»... Puis il se livre à quelques réflexions «sur le temps que me demandero
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue