1952 - DELAHAYE 235 CABRIOLET ANTEM

Lot 98
Aller au lot
180 000 - 280 000 EUR

1952 - DELAHAYE 235 CABRIOLET ANTEM

Numéro de châssis/Chassis number: 818022
Carte grise française normale/Regular French registration papers
Moteur/Engine: 6 cyl. - 3500 cc - 152 cv
Le seul et unique cabriolet Delahaye 235 construit par Antem
Ex Salon de Paris 1952
Provenant de la collection de Ph. Charbonneaux
Ligne élégante et raffinée
Un des derniers témoins de l'automobile de luxe à la française
Souhaitant proposer à sa clientèle, un successeur au légendaire type 135 produit de 1935 jusqu'à la fermeture de l'usine en 1954, le constructeur
Delahaye dévoilera lors du salon de Paris de 1951, le type 235 qui présentera notamment un moteur toujours de 6 cylindres de 3,5 litres, alimenté par 3 carburateurs, mais plus performant développant dorénavant 152cv.
La suspension avant se trouvant équipée d'amortisseurs hydrauliques de type Messier à double effet. Ce nouveau et ultime modèle classé grand tourisme annoncera une vitesse maximale de 180 km/heure.
Nouveau modèle, nouveau style, c'est le talentueux designer Philippe
Charbonneaux qui réalisera l'étude générale de la carrosserie du type 235, avec le prototype réalisé très rapidement sous sa conduite, par le carrossier turinois MOTTO, sur le 1er châssis # 818000. Sur le plan purement mécanique, les améliorations seront établies par le grand spécialiste
Fernand Lacour, concessionnaire Delahaye et Delage, propriétaire du garage Wilson à Levallois-Perret. Ainsi figurant au tarif de l'usine dès le salon de Paris de 1951, la production de ce nouveau modèle restera malheureusement très confidentielle, un prix catalogue particulièrement élevé et une concurrence étrangère redoutable vont limiter la commercialisation à 85 exemplaires de ce dernier modèle de la firme de la rue du banquier.
Plusieurs carrossiers proposeront différentes versions: coach, coupé, roadster, cabriolet. Parmi ces carrossiers, le plus prolifique sera Chapron, puis Antem, suivront Letourneur & Marchand, Figoni & Falaschi, Faget- Varnet, Saoutchik, Motto, un exemplaire par le suisse Beutler et un autre né Chapron puis recarrossé par l'ardéchois Barou. Sur la proposition initiale de Philippe Charbonneaux, réalisée dans un premier temps par le turinois Motto, ce seront les carrossiers Letourneur & Marchand et Antem qui resteront au cours de leurs productions du type 235, les plus proches des lignes originales du styliste. Ainsi, sur les 85 exemplaires de 235 produits, le carrossier Antem installé à Courbevoie réalisera seulement 14 modèles, soit 13 coachs, mais surtout un seul et unique cabriolet sur le châssis # 818022, objet de cette vente.
Cet unique cabriolet sera présenté conjointement avec un coach, sur le stand de son carrossier Antem, lors du salon de Paris en octobre 1952, tenu sous les verrières du Grand Palais. De couleur blanche et intérieur de cuir bleu, les flancs, les passages de roue et la ligne arrière de ce cabriolet sont parfaitement spécifiques à ce modèle, avec en particulier des feux prolongeant l'arête de l'aile. Après le salon, la voiture fera l'objet de prise de vues en extérieur devant l'entrée du parc de Bagatelle, on notera alors l'adjonction de catadioptres en dessous des feux arrières, la voiture est déjà immatriculée à Paris sous ne numéro 6772 BN 75.
La ligne remarquable et moderne de ce cabriolet va séduire très vite son premier acquéreur, puisque nous le retrouvons immatriculé dès le 6 novembre 1952 au nom de la Société Ulmer & Cie, sise au 67, boulevard
Bessières à Paris XVIIème. Cette société créée initialement en 1934, puis structurée en 1938, existe toujours sous le nom de Ulmer Aéronautique à Villetaneuse en région parisienne. Historiquement cette société produira spécifiquement du matériel pour l'aviation, notamment de l'éclairage de signalisation pour les aéroports et les avions, aujourd'hui c'est le spécialiste mondial des masques pour pilotes de chasse.
Le 21 mars 1957, conservant la même immatriculation parisienne, la voiture change de mains au profit de Victor Francen domicilié 5, avenue
Foch à Paris XVIème. De son vrai nom Victor Franssen (1888-1977) est un acteur belge, qui fera carrière au théâtre puis au cinéma en France et aux USA, il figurera dans de nombreux films lui assurant un succès certain dans les années 1930 et 1940.
Le 21 juin 1963, conservant toujours la même immatriculation parisienne, la voiture change de nouveau de mains au profit de Lucienne Sergent, avocate, domiciliée 3, rue Thimonnier à Paris IXème. Lucienne Digner- Sergent (1914-2005) sera résistante, avocate du FLN et militante au PSU.
Enfin nous retrouverons cet unique cabriolet, propriété de Philippe Charbonneaux qui l'exposera dans son musée automobilie à Reims, retrouvant ainsi son illustre créateur stylistique avec deux autres exemplaires de 235, le coach prototype 235 par Motto # 818000 et le 2ème coach par Letourneur & Marchand # 818002. La voiture est alors de couleur vert pâle et se présente encore dans un bel état de conservation. Le cuir bleu d'origine est très abimé mais l'ensemble est complet et la voiture porte encore des pneus à flancs blancs comme lors de sa présentation en 1952 à l'exception des jantes à rayon peintes alors qu'elles étaient chromées à l'époque. Le cabriolet fut ensuite immatriculé au nom de son fils à partir du 23 octobre 1985 avant de rejoindre la collection de sa fille en 2012.
Au cours de ces 3 dernières années, ce cabriolet a bénéficié d'une totale restauration effectuée sans limite de coût dans un atelier de grande renommée, lui redonnant toute sa splendeur et son prestige de 1952. La carrosserie fut entièrement mise à nu jusqu'à la tôle et la peinture refaite conformément à la teinte d'origine. Bien tendue, elle souligne l'élégance de la ligne aussi bien décapotée que capotée. Les ouvrants sont parfaitement alignés et les chromes en superbe état. L'habitacle n'est pas en reste, la sellerie a été entièrement refaite en cuir bleu marine conforme à l'origine avec des moquettes assorties et une capote en alpaga bleu marine. Tous les instruments au tableau de bord ont été restaurés avec le plus grand soin et sont au complet tout comme le superbe volant spécialement réalisé pour le salon de Paris 1952 comme en atteste les photos de l'époque.
Bien entendu, la mécanique a été entièrement refaite. Le moteur (818022), la boite de vitesse Cotal du type MK 38 (27666), le pont, les suspensions, les freins ont été révisés et les pièces nécessitant d'être remplacées l'ont été. L'ensemble du faisceau électrique a été refait à neuf tout comme le démarreur, la dynamo, les radiateurs de refroidissement d'eau et d'huile et bien entendu les pneus en 6-6.5/17.
A son volant, la voiture malgré ses dimensions imposantes est extrêmement facile à prendre en main et avoue un parfait équilibre. La direction est précise remontant toutes les informations de la route sans jeu ni vibration. Les montées en régime du 6 cylindres sont franches et rouler à allure soutenue n'est pas une difficulté tant le moteur a de la puissance et de l'allonge. La génialissime boite électromagnétique Cotal ni est pas pour rien! Une voiture élégante, statutaire, performante et exclusive en somme.
La rareté du modèle, l'unicité de cette version cabriolet par Antem et le haut degré de finition en font un exemplaire particulièrement attractif pour rejoindre un collectionneur passionné.
Partie historique réalisée par Jean-Paul Tissot (Président du Club Delahaye)
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue