Japon Période Meiji (1868-1912)

Lot 106
Aller au lot
Estimation :
30000 - 40000 EUR
Result with fees
Result : 39 000EUR

Japon Période Meiji (1868-1912)

Importante vasque en émaux cloisonnés sur cuivre, finement décoré sur le pourtour central de tiges et feuilles de bambou de couleur verte sur un fond gris clair, la base ornée d'une guirlande de bambous sacrés, le col décoré de branches de cerisiers en fleurs. La base et l'ouverture du col sont sertis d'argent. Deux chrysanthèmes impériaux émaillés blanc à bordures à l'or de part et d'autre. Cachet d'Hattori Tadasaburo sur la base.


D. 38 cm

Dim. 21,5 x 40 cm

(Éclats au col, sur la panse et sur la base)


Hattori Tadasaburo (?-1939)  fait partie des plus grands maîtres des émaux cloisonnés de son temps. Il excelle dans une grande diversité de techniques et de styles. Il est notamment reconnu pour sa maîtrise de la technique de « moriage » donnant aux émaux un aspect bombé et plein, ce qui représentait une avancée significative dans l’art des cloisonnés japonais. Cette technique suggère d’apposer des couches d’émaux supplémentaires sur celles déjà existantes avant une dernière cuisson. Le « moriage » est né à Osaka en 1903, présenté par Kawade Shibataro et la Compagnie Ando. Cette technique et celle du repoussé

auraient été inspirées par les émaux protubérants exhibés par les artisans occidentaux lors de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris.

 

Hattori présente, quant à lui, sa première pièce à Saint-Louis en 1904 à la Louisiana Purchase Exposition. 

 

Il est parfois comparé à Ogata Korin, pour lequel il admet une connexion artistique en empruntant le nom de Korin comme nom d’artiste, et utilisant le pseudonyme de Shippo Korin pour son magasin de Tokyo.

Cette influence se voit particulièrement dans la finesse et les nuances des émaux, modelant subtilement les feuilles de bambous et créant ainsi un effet de trois dimensions.

Hattori, tout comme Ando Jubei (autre grand maître des émaux cloisonnés japonais), est un des pourvoyeurs de la maison impériale (Goyotatsu). Cette appartenance se matérialise ici par la présence du chrysanthème de la famille impériale du Japon. Plusieurs oeuvres de l’artiste sont conservées dans des musées, dont le Metropolitan Museum de New-York ou encore le Victoria & Albert Museum de Londres, et dans des collections privées telle que la Khalili Collection.


Note : Vase utilisant la même technique du "moriage" vendu chez Bonhams, NYC, lot 1012 de la vente du 13 septembre 2017 (sans chrysanthème).



My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue