Vente
ART IMPRESSIONNISTE & MODERNE :
BUGATTI, SIGNAC, MODIGLIANI...



La vente d’art impressionniste et moderne, qui se tiendra le 13 mars à Neuilly-sur-Seine, met à l’honneur les arts graphiques mais aussi l’art moderne belge et les peintres orientalistes. Parmi les œuvres-phares du catalogue, figure un groupe en bronze de Rembrandt Bugatti.


Petites antilopes koudous (caresse) de Rembrandt Bugatti

Le modèle de ce groupe a été mis au point vers 1911. À ce jour, seuls onze exemplaires en bronze sont répertoriés. Le nôtre, qui porte le numéro 6, n’est pas apparu sur le marché des enchères depuis près de 30 ans. Mettant en scène deux petites antilopes qui semblent, par anthropomorphisme, se donner un signe d’affection, ce bronze est la quintessence de ce qui fait de Bugatti, l’un des meilleurs sculpteurs animaliers de tous les temps : observation juste et tendre de ses modèles qui s’élèvent avec une grâce quasi-arachnéenne d’une terrasse très fine ; épiderme du métal travaillé avec la spontanéité de l’ébauche et inimitable patine contrastée de couleur brun-roux due au fondeur Adrien-Aurélien Hébrard.


REMBRANDT BUGATTI (1884-1916)
Petites antilopes koudous (caresse)
Bronze à patine brun-roux
Signé avec le cachet de fondeur ‘Cire/perdue/ A.A. Hébrard’ et numéroté ‘6’ sur la terrasse
Modèle conçu vers 1911
24,8 cm - 51,3 x 7,5 cm (terrasse)
Estimation : 90 000 - 130 000 €

PROVENANCE
- Galerie A.-A. Hébrard, Paris
- Collection Honegger, Lyon (acquis auprès de cette dernière en 1920 d’après le Cahier Hébrard, p. 114)
- Vente, Importants tableaux des XIXe et XXe siècles, Tajan, Paris, Hôtel Georges V, 13 juin 1995, lot 92 (expert : Madame Véronique Fromanger)
- Collection particulière, France (par descendance




En mars, Aguttes célèbre le dessin moderne

En prélude à l’édition 2024 du Salon du Dessin, Aguttes met à l’honneur les arts graphiques avec une cinquantaine d’œuvres modernes sur papier signées Baya, Cocteau, Delvaux, Dufy, Lautrec, Marquet, Matisse, Modigliani, Signac, Van Dongen, etc.

La feuille de Paul Signac, au millésime de 1914, représente le port de Saint-Tropez, l’un des sujets de prédilection de l’artiste. Cette aquarelle inédite, à la palette gorgée de soleil typique de Signac, a été offerte aux aïeux de son actuel propriétaire.


PAUL SIGNAC (1863-1935)
Saint-Tropez, le port, 1914
Aquarelle sur papier Signée, située et datée « 1914 » en bas à gauche
36 x 44 cm
Estimation : 20 000 - 30 000 €

Un certificat de Madame Marina Ferretti, en date du 30 janvier 2024, sera remis à l’acquéreur.

PROVENANCE
Collection particulière, France (offert par l’artiste puis par descendance)




Aussi inédite, la composition d’Amedeo Modigliani, tracée vers 1918-1919, représente Anna Zborowska, l’épouse du célèbre marchand Leopold Zborowski. Elle est préparatoire à un portrait conservé au Sainsbury Centre de Norwich (Royaume-Uni). Y éclate la sûreté de trait de l’artiste qui fait dire en 1958 à Ambrogio Ceroni : « Modigliani est ce qu’on appelle un dessinateur né ; dès le début, son coup de crayon se base sur la valeur de la ligne pure, toujours tracée sans jamais de repentir, parfaite et déjà originale ».


AMEDEO MODIGLIANI (1884-1920)
Anna Zborowska, vers 1918-1919
Mine de plomb sur papier marouflé sur carton
Signée en bas vers la gauche 44 x 31,2 cm (feuille)
Estimation : 20 000 - 30 000 €

PROVENANCE
- Collection Anna Zborowska, née Anna Sierzpowska (1885 - 1978), France
- Collection particulière, France (par descendance)



Une grande œuvre sur papier de Dufy, peinte en 1931, décrit les verdoyants monts d’Auvergne. Elle illustre parfaitement les propos de Marcelle Berr de Turique quand elle écrit que « les aquarelles de Raoul Dufy représentent, par leur abondance et surtout par leur résonance picturale, un moment éblouissant de la peinture du XXe siècle ». Ce paysage, d’une grande virtuosité, est traité avec une palette acidulée de tons vert, jaune et bleu.


RAOUL DUFY (1877-1953)
Paysage de montagne en Auvergne, 1931
Gouache sur papier
Signée en bas vers la droite
49 x 65 cm - 19 1/4 x 25 5/8 in. (Rousseurs)

Un certificat de Madame Fanny Guillon-Laffaille, en date du 25 janvier 2024, sera remis à l'acquéreur.

PROVENANCE:
Collection particulière, France (par descendance)

BIBLIOGRAPHIE:
Fanny Guillon-Laffaille, Catalogue raisonné digital des aquarelles, gouaches et pastels de Raoul Dufy, décrit et reproduit sous le n°As-1802




Kees Van Dongen figure dans la vente avec une étonnante scène d’autopsie. Elle a pour particularité d’avoir été remportée, à l’issue d’une loterie, par le père de son actuel propriétaire en 1957. Les fonds collectés étaient destinés à financer la revue Liberté créée à l’initiative de Louis Lecoin, militant pacifiste et anarchiste français.


KEES VAN DONGEN (1877-1968)
L'autopsie
Aquarelle, encre de Chine et crayon bleu sur papier
Signée des initiales en bas à droite
25,5 x 26,5 cm - 10 x 10 3/8 in.

PROVENANCE:
- Collection particulière, France (acquis au cours d'une loterie organisée en 1957 par Louis Lecoin, militant pacifiste et anarchiste français, au profit du mensuel Liberté, consacré à la défense des objecteurs de conscience et à la lutte pour leur statut légal, puis par descendance)

EXPOSITIONS:
- Van Dongen, Cinquante ans de peinture, Paris, Galerie Charpentier, 1942, n°187 - Van Dongen, Bordeaux, Musée de Bordeaux, 11 décembre 1943 - 3 janvier 1944, n°149



Coup de projecteur sur les modernités belges

Cette section est dominée par le portrait d’Adrienne De Zutter par Gustave Van de Wœstyne.

Gustave Van de Wœstyne est né en 1881 et mort en 1947. Formé à l’Académie des Beaux-Arts de Gand, il est l’un des fondateurs du groupe de Laethem St.-Martin, dont les membres fuient la ville et ses troubles sociaux pour formuler, au contact de la nature, une alternative à l’impressionnisme. En 1919, Van de Wœstyne s’installe dans la Rozenhuis, une résidence pour artistes et intellectuels située à Waregem, en Flandre. Cette villa appartient à l’industriel du textile Charles De Zutter et à son épouse Marguerite Taelman, un couple féru d’art et philanthrope qui mécène l’artiste. Adrienne De Zutter est la fille du couple. Gustave Van de Wœstyne la peint une première fois en 1919 dans un style proche de celui de Boldini. Ce tableau est aujourd’hui conservé au Musée d’Anvers. En 1920, il en livre une nouvelle effigie d’un format monumental. Il choisit cette fois-ci de la représenter debout, son violon à la main, dans un paysage de conte de fée qui rappelle autant les peintures du Douanier Rousseau que les fresques du Quattrocento ou les Préraphaélites. Gustave Van de Wœstyne tenait en grande estime la collection de ses peintures formée par les De Zutter. Dans une lettre inédite que le peintre adresse le 5 février 1929 à Marguerite Taelman, il lui déclare : « Sans vos tableaux je ne dois pas montrer ceux des autres collections parce que, vous le savez tout aussi bien que moi-même, les vôtres sont les meilleurs. »


GUSTAVE VAN DE WOESTYNE (1881-1947)
Adrienne De Zutter au violon, 1920
Huile sur toile
Signée en bas à gauche
Dédicacée ‘À Adrienne De Zutter’, signée des initiales et datée ‘1920’ au dos
208 x 110 cm
Estimation : 80 000 - 120 000 €

PROVENANCE
- Collection du modèle, Adrienne De Zutter (1905 - 1989), future Madame Paul Van de Woestyne (1905 - 1963), lui-même fils de l’écrivain Karel Van de Woestyne (1878 - 1929) et neveu du peintre
- Collection particulière, Europe (par descendance aux propriétaires actuels, petits-enfants du modèle et arrières petits-neveux du peintre))

EXPOSITIONS
-  Gustave Van de Woestyne, 1841 - 1947, Malines, Kultureel Centrum Mechelen, 1967 (titré Adrienne met de viool )
- Gustave Van de Woestyne, Gand, Museum voor Schone Kunsten, 27 mars-27 juin 2010, n° 78




Un ensemble de 10 œuvres d’Edmond Delescluze donne un aperçu très complet de son talent. Fils adoptif autant que spirituel de Jean Delescluze, il fait ses classes à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. En 1928, à l’Institut supérieur des arts décoratifs de Bruxelles (La Cambre), il reçoit très vraisemblablement les leçons de Gustave Van de Wœstyne. Dès 1934, Edmond seconde activement Jean Delescluze dans ses fonctions de responsable de l’atelier des décors du théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles. Il en prend les rênes, après le décès de ce dernier, de 1947 à 1959. Si ses premiers travaux sont de style Art Déco (Faust, 1934), les suivants s’orientent vers une forme très personnelle de surréalisme qui fait la synthèse entre réel et imaginaire au moyen d’une ligne ferme et d’une palette intensément contrastante. Parallèlement à son activité à la Monnaie, Edmond participe à de nombreuses expositions collectives ou personnelles où il aborde tous les genres avec talent. En 2000, Edmond Delescluze se voit consacrer avec sa femme l’exposition Une vie à l’Opéra. Suzanne Fabry et Edmond Delescluze (Bruxelles, Galerie du Crédit communal).


EDMOND DELESCLUZE (1905-1993)
Projet de décor pour ‘La carrière du Libertin’ d’Igor Stravinsky, vers 1960
Huile sur toile
Signée en haut à droite
110 x 85 cm
Estimation : 3 000 - 5 000 €

PROVENANCE
Collection particulière, Belgique

BIBLIOGRAPHIE
Jacqueline Guisset, Suzanne Fabry et Edmond Delescluze, Une vie à l’Opéra, Tournai : Renaissance du Livre, 2000, reproduit p. 34

EXPOSITION
Une vie à l’Opéra, Suzanne Fabry et Edmond Delescluze, Bruxelles, Galerie du Crédit communal, 16 mars - 11 juin 2000





Les Orientalistes à l’honneur, de Pils à Cruz Herrera

Un chapitre de la vente est consacré à l’Orientalisme.

Isidore Pils, célèbre pour avoir décoré une partie du plafond du grand escalier de l'Opéra de Paris, est représenté avec La marchande de poteries. Ébauche faite en Kabylie, un tableau qui a figuré dans l’exposition rétrospective organisée en 1876 à l’École des Beaux-Arts.

Suivent les signatures de Fabius Brest, Henri-Émilien Rousseau et Cruz-Herrera, toujours très recherchées par les amateurs du genre.



ISIDORE PILS (1813-1875)
La marchande de poteries. Ébauche faite en Kabylie
Huile sur toile
Timbre de la signature [Lugt L.2030] en bas à gauche
Cachet à la cire rouge de la vente Pils sur le châssis
73,5 x 92 cm
Estimation : 18 000 - 25 000 €

PROVENANCE
- Vente, Atelier et collection particulière [Isidore Pils], Catalogue avec courte notice de L. Becq de Fouquières, Me Boussaton, Paris, Hôtel Drouot, 20 mars 1876, lot 18 (experts Durand[1]Ruel et Mannheim)
- Collection particulière, France (acquis au cours de la vente précédente puis par descendance)
- Vente, Arts classiques, Biarritz Enchères, 16 février 2023, lot 109 (acquis au cours de la vente précédente)





Prochaine vente Art impressionniste & moderne
Vente le 13 mars 2024
Cliquez ici pour découvrir le catalogue

Exposition publique 
Samedi 9 mars : 11h - 18h
Lundi 11 et mardi 12 mars : 10h - 18h
Mercredi 13 mars : 10h - 13h

Contact
Pierre-Alban Vinquant
+33 (0)1 47 45 08 20 • vinquant@aguttes.com