Résultat
LA SEMAINE DE L'ASIE TOTALISE PLUS DE 4,5 MILLIONS D’EUROS 

Du 26 novembre au 1er décembre 2021, chez Aguttes leader historique sur le marché des artistes venus d’Asie, se jouait La Semaine de l'Asie. Trois vacations de qualité ont été proposées les 29 et 30 novembre ainsi que le 1er décembre à Neuilly-sur-Seine. Elles ont totalisé 4 584 000 €. La vente en gants blancs Peintres d'Asie a inscrit deux nouveaux records mondiaux. 


31e vacation Peintres d’Asie, Œuvres majeures, le lundi 29 novembre 2021 
« Le grand maître laqueur Phạm Hậu totalise 1,47 million € avec notamment une laque, dont l’adjudication égalise celle présentée par Aguttes le 7 juin dernier pour un sujet similaire. Lê Phổ totalise 407 000 € et Vũ Cao Đàm, grâce en particulier au magnifique record mondial obtenu pour une huile sur toile de l’artiste à 169 000€, totalise 409 500 €. »
Charlotte Aguttes-Reynier, expert peintres d’Asie



Top 5 de la vente Peintres d'Asie
16
- PHAM HAU (1903-1995) – 833 000 €
19 - LUONG XUAN NHI (1913-2006) - 539 520 €
18 - PHAM HAU (1903-1995) - 405 540 €
21 - Alix AYMÉ (1894-1989) - 309 840 €
20 - PHAM HAU (1903-1995) - 233 280 €

 
Artiste et artisan incontournable du Vietnam du XXe siècle, Phạm Hậu incarne à lui seul le renouveau artistique de la laque, longtemps considéré comme un artisanat. Il a contribué à la reconnaissance de cette technique en tant que véritable art. Un remarquable ensemble de laques de Phạm Hậu, qui témoigne de l'étendue de ses talents, et permet d'aborder les différents thèmes chers à l'artiste, a totalisé 1,47 million €. Parmi elles, Paysage aux jonques s'est classé 3e record mondial. Principalement inspirées par la représentation de paysages et de forêts mais aussi d’animaux, ses laques sont collectionnées par les amateurs européens et vietnamiens. 



Phạm Hậu (1903-1995)
Paysage aux jonques
Vendu 833 000 euros
3e record mondial le 29.11.2021




La peinture vietnamienne célèbre les femmes et leur grâce quel que soit leur statut social. Quatre portraits de femmes de Lê Phổ, Lương Xuân Nhị, Vũ Cao Đàm et Alix Aymé qui témoignent de l’évolution du traitement de ce sujet au cours de décennies, et de l’univers de chacun de ces artistes incontournables, ont retenu toute l’attention des amateurs. Après une bataille d’enchères, un portrait par Alix Aymé (lot 21) se voyait récompensé par 309 840 €. Il s’agit là du deuxième record mondial de l’artiste, le premier étant déjà détenu par la maison Aguttes. Les œuvres d’ Alix Aymé sont le lieu de la rencontre entre le style des Nabis, dont elle subit l’influence, et de la peinture traditionnelle vietnamienne pour laquelle elle se prend d’affection : si Portrait de Thi Ba, se démarque des créations classiques, il reprend tous les codes propres aux œuvres de composition où l’attention est portée à chaque détail. Ancienne élève de Maurice Denis, Alix Aymé adopte une palette nabi où les couleurs éclosent joyeusement tout en conservant une certaine harmonie. Le rouge carmin, le rose pêche et le vert d’eau des tentures se mêlent au blanc cassé de la chemise faisant délicatement ressortir le noir du pantalon mais aussi de la chevelure aux reflets bleu nuit. Cette œuvre est récompensée du 2e record mondial pour une huile sur toile de l'artiste, le premier étant déjà détenu par la Maison Aguttes pour une œuvre dispersée en vente au mois de juin dernier. 





Alix Aymé (1894-1989)
Portrait de Thi Ba, circa 1935
Vendu 309 840 euros
2e record mondial le 29.11.2021




Le catalogue de cette vacation proposait trois œuvres (lots 17, 22, et 26) de Lê Phổ qui ont totalisé 407 000 €. ​Jeune femme au lotus et à l'éventail décrocha, quant à elle, ​ 207 760 €. Jeune fille à la colombe, une huile sur toile de Lương Xuân Nhị, raconte aussi les évolutions que rencontre le Vietnam. La protagoniste porte des vêtements à la dernière mode, un ao dai et une coiffure sans turban ; elle évolue dans un milieu aisé comme en témoignent ses boucles d'oreille et sa tenue élégante. "Le maître de verts", fervent adepte de la peinture à l'huile offre, ici, une ode à l'amour, qui a remporté, avec 539 520 €, le record mondial pour une huile sur toile de Lương Xuân Nhị.





Lương Xuân Nhị (1913-2006)
Jeune fille à la colombe, circa 1938
Vendu 539 520 euros



Autre record mondial, cette fois pour une huile sur toile de Vũ Cao Đàm, avec Les musiciennes (lot 23), qui a marqué  169 000  €. Né à Hanoï, Vũ Cao Đàm fait aussi partie de ces artistes à avoir élu domicile dans le Sud de la France, véritable terre d’exil appréciée des artistes du XXe siècle. ​Bien que major de sa promotion au département sculpture, l’artiste a fait peu à peu de la peinture son expression favorite. Les formes pleines et rondes rappellent, ici, sa prédilection première pour la sculpture.




Vũ Cao Đàm (1908-2000)
Les musiciennes, 1963
Vendu 169 000 euros




Arts d’Asie, La Sagacité du Dragon, le mardi 30 novembre 2021 



Top 5 de la vente Arts d'Asie
180
- Chine, marque et période Daoguang (1820-1850) - 127 400 €
204 - Chine, période Jiajing (1521-1567) - 78 000 €
262 - Chine, période Qing - 63 200 €
350 - Chine, période Kangxi  - 39 000 €
106 - Vietnam, vers 1900 - 25 000 €



La plus haute enchère revient à une paire de vases Cong (lot 180), témoin du savoir-faire chinois, qui a enthousiasmé les connaisseurs jusqu’à 127 400 €, et a ainsi triplé son estimation. Ces vases Cong en porcelaine qui datent de la période Daoguang (1820-1850) proviennent de la Collection L.C. 




Chine, marque et période Daoguang (1820-1850)
Paire de vases Cong en porcelaine et émail céladon craquelé de type Ge
Marque Daoguang en zhuanshu sur la base.
H. 28,5 cm
Vendu 127 400 euros

 
Cette grande vasque en porcelaine blanche (lot 204), qui présente un décor émaillé en bleu dit de Huiqing sous couverte, met en scène deux dragons marins ailés Ying qui pourchassent le joyau sacré. Cette porcelaine, provenant de la Collection Victor Segalen (1878-1919), a provoqué une autre bataille d’enchères jusqu’à 78 000 € et ainsi quadruplé son estimation. Médecin de marine, mais aussi romancier, poète, sinologue et même archéologue, ce collectionneur effectue, au début du XXe siècle, plusieurs expéditions en Chine avant de s’y installer. Il se découvre à cette occasion une passion pour l’art orientaliste qu’il collectionne. Cette grande vasque en porcelaine blanche, à décor émaillé en bleu de la période Jiajing (XVIe siècle), qui servait de baignoire à son petit-fils, faisait partie des objets insolites de cette vacation. 


Chine, période Jiajing (1521-1567)
Grande vasque en porcelaine blanche, à décor émaillé en bleu dit de Huiqing 
H. 33,5 – D. 71,5 cm
Provenance : Collection Victor Segalen (1878-1919)
Vendu 78 000 euros



Autre mémorable coup de marteau : 63 200 € pour un vase balustre octogonal en porcelaine émaillée (lot 262). Soit plus de 10 fois son estimation…
Un brûle-parfum (lot 350) provenant de Chine suscitait aussi l’engouement des enchérisseurs. Après une longue bataille, il marqua 39 000 € et multiplia ainsi son estimation par six. Un autre brûle-parfum (lot 106) provenant du Vietnam se fit aussi remarquer et trouva preneur à 25 000 €.






Chine, période Qing
Vase balustre octogonal en porcelaine émaillée céladon craquelée avec marque
Daoguang sur la base en zhuangshu.
H. 33 cm
Vendu 63 200 euros



Collection singulière de l’explorateur Louis Audemard, officier de Marine actif en Asie dans les années 1900, le mercredi 1er décembre 2021 


La maison de ventes Aguttes dispersait, le 1er décembre 2021, une collection singulière, celle du Commandant Louis Théophile Audemard (1865-1955). Officier de Marine actif en Asie dans les années 1900, il avait rassemblé, dans un salon chinois au sein du château familial, la majeure partie des objets rapportés de ses nombreux voyages.





​Corée XVIe siècle - Choson
Sujet en bois laqué or, représentant le Bouddha assis en méditation, les yeux mi-clos exprimant la sérénité.
H. 26,5 cm
Vendu 29 900 euros


Un Bouddha (lot 119) provoqua une bataille d’enchères acharnée et s’envola à 29 900 €.
Capitaine de Frégate et officier de la Légion d’honneur en 1912, Louis Audemard avait collecté des bois dorés, des textiles chinois, des armes vietnamiennes, des bronzes, des peintures, des bibelots et beaucoup d’autres objets de curiosités, provenant de Chine, du Japon et du Sud-Est asiatique. 150 pièces chargées d’histoire et d'exotisme étaient proposées aux enchères, et cette vacation, qui clôturait La Semaine de l’Asie chez Aguttes, a vu 82% de ses lots vendus.




Ventes en préparation 

Peintres d’Asie, Œuvres Majeures [32]
17 mars 2022

Expert Peintres d’Asie
Charlotte Aguttes-Reynier
+33 1 41 92 06 49 - reynier@aguttes.com

Voir la page du département spécialisé
Recevoir les newsletters



Arts d’Asie
Chine, Japon, Corée & Vietnam
22 mars 2022

Spécialiste Arts d’Asie
Johanna Blancard de Léry
+33 1 47 45 00 90 - delery@aguttes.com      

Voir la page du département spécialisé
Recevoir les newsletters