LORRIS (Guillaume) et MEUNG (Jean de).

Lot 62
140 000 - 160 000 €
Résultat: 160 000 €

LORRIS (Guillaume) et MEUNG (Jean de).

Le Roman de la Rose. 136 feuillets non foliotés, complet avec 17 cahiers de 8 feuillets, petit in-4 (175 x 250 mm), réclames en fin de cahiers, copié à l'encre brune par une seule main, fine écriture gothique fort lisible et régulière, mise en page « standard » des manuscrits de romans vernaculaires en vers octosyllabes, texte sur deux colonnes de 40 lignes, parchemin réglé à la pointe sèche (justification : 125 x 185 mm), première initiale de chaque vers détachée sur la gauche, nombreuses lettrines filigranées peintes en rouge ou bleu, avec filigranes de ton opposé bleu-vert ou rouge, rubriques en rouge [la première rubrique au fol. 5 : "Ci parole oiseuse"], une initiale de 8 lignes de hauteur (fol. 27) ouvrant le texte de Jean de Meung, d'or sur fond bleu avec un champ rose foncé agrémenté de motifs dorés. Couvrure d'attente en vue de recevoir une reliure jamais réalisée (avec cahiers reliés et couverts de parchemins notariés du XVIIIe siècle portant des timbres de la Généralité d'Orléans). MANUSCRIT DU PREMIER QUART DU XIVe SIECLE ORNÉ DE 11 MINIATURES ATTRIBUÉES AU MAITRE DE THOMAS DE MAUBEUGE. Le premier Roman de la Rose, entrepris vers 1230 par Guillaume de Lorris, raconte les étapes initiales d'un parcours amoureux au milieu d'un "jardin d'Amour". Inachevé, il s'interrompt après 4058 vers alors que l'amant est séparé de la Rose (la Dame) par les murailles du château de Jalousie. Ce premier texte est la mise en récit des thèmes de la lyrique courtoise. Le Roman de la Rose est achevé vers 1270-1275 par Jean de Meung, clerc parisien. Vers le milieu de l'ouvrage il donne son nom, Jean Chopinel, ainsi que celui de son prédécesseur. Cette seconde partie est une longue glose critique et ironique sur la première : l'amant perd ses illusions courtoises et va cueillir la rose dans une scène d'une obscénité à peine voilée. Les thèmes courtois sont remplacés par des conseils cyniques, des digressions philosophiques et des prises de position sur l'actualité. Le Roman de la Rose fut l'oeuvre la plus célèbre du Moyen Age et connut un succès durable, avec quelque 300 manuscrits conservés datant de la fin du XIIIe au XVIe siècles (dont environ 130-140 manuscrits qui datent d'avant 1400). C'est la première oeuvre en français à faire l'objet de gloses. Au XVe siècle, l'ouvrage suscite une importante querelle littéraire dite "Débat sur le Roman de la Rose", opposant entre autres Jean de Montreuil, prévot de Lille et Christine de Pizan. Texte ff. 1-27, Guillaume de Lorris, incipit, "Maintes genz dient que en songes // N'a se fables non et mençonges..." ; explicit, "[...] Que je n'ai mes aillors fiance" (v. 1-4028) ; ff. 27-136, Jean de Meung, rubrique, "Ci comence mestre Jehan de Meun" ; incipit, "Et si l'ai ge perdue espoir..." ; explicit, "[...] A tant fu jor et je m'esveille. Explicit li roman de la rose" (v. 4029-21750 ; cf. ed. F. Lecoy (Paris, 1965-1970), tome I-III). Décoration Ouvrage illustré de 11 miniatures : fol. 1, L'Amant endormi, surmonté d'un décor de rose, est visité par Danger qui porte un bâton. Cette image débute tous les Romans de la rose du XIVe siècle, dont ceux du Maître de Thomas de Maubeuge. Miniature en frontispice ; initiale ornée avec prolongement de baguettes ; scène de poursuite d'un lièvre par une hermine ; fol. 1v, Haine et l'Amant ; fol. 2, (1) Amant avec Vilainie et Felonie qui lui donne une coupe ; (2) Convoitise et l'Amant ; (3) Avarice et l'Amant ; fol. 2v, Envie et l'Amant ; fol. 3, (1) Tristesse et l'Amant ; (2) Vieillesse et l'Amant ; fol. 3v, L'Amant avec Papelardie ; fol. 4, L'Amant et Pauvreté vêtu de blanc tenant un bâton ; fol. 27, L'auteur Jean de Meung à son pupitre visité par l'Amant. Initiales filigranées et initiales champies Le Maître de Thomas de Maubeuge se reconnaît aux grands yeux angulaires, les lèvres et les joues rehaussées de rouge, les cheveux élégamment bouclés sur le front. Ce Maître a peint cinq Romans de la Rose : Francfort Stadt-und-Universitatsbibliothekek lat Qu 65 ; Paris, Bibl. de l'Arsenal ms. 3338, Paris, BnF. fr 1559 ; 9345 ; 12589. Cet artiste est connu sous le nom de Maître de Thomas de Maubeuge d'après le libraire parisien Thomas de Maubeuge mentionné pour la 1ère fois en 1343. Il travaille en 1313 pour la comtesse Mahaut d'Artois qui lui commande une Bible en français et une Vie de saint. Il est mentionné jusqu'en 1349. Ce libraire emploie régulièrement pour les commandes de prestiges deux enlumineurs, à savoir le Maître de Fauvel et le Maître de Thomas de Maubeuge. Il a peint plusieurs manuscrits dont un code de Justinien pour le roi Charles V en 1342 (S. Cassagnes Brouquet, L'image du monde un trésor enluminé de la Bibliothèque de Rennes, Rennes, 2003). Provenance : 1. Marque de possesseur (fin XVe ou début XVIe s.) inscrite à l'encre au recto du fol. 136 et formulée à deux reprises. Encre très pâle, presque invisibles à l'oeil nu, avec lecture néanmoins possible à la lampe de wood : "Ce livre est a Pierre Chevrier, seigneur de Ville[neuve]" ; "C'est a P. Chevrier, seigneur de Javanrennes". La famille Chevrier est une famille de la région d'Issoudun, seigneurs de Villeneuve, Breuil-de-Beauvilliers et de Javanrennes. Il semble que Pierre Chevrier ait épousé Catherine Le Roy, fille de André Le Roy, Seigneur de Villeneuve-sur-Cher. Le fils de Pierre Chevrier était André Chevrier, seigneur de Villeneuve, de Janvarennes et Billeron, qui se maria en 1503 (voir G. Thaumas de la Thaumassière, Histoire de Berry, Bourges, 1868, vol. III, pp. 84-85 : "Seigneurie de Villeneuve"). - 2. Propriété en 1887 du Maire de Villeneuve [Villeneuve-sur-Cher ?]. Lettre adressée à M. le Maire de Villeneuve, datée St-Florent [-sur-Cher ?] le 19 octobre 1887 et signée "V. Mourié". Ce dernier décrit son exemplaire lacunaire du Roman de la Rose et demande à M. le Maire de Villeneuve (dont le patronyme n'est pas précisé) l'autorisation de photographier le présent exemplaire en sa possession, bien complet du texte. PRECIEUX MANUSCRIT ENLUMINÉ DU ROMAN DE LA ROSE, DONT IL RESTE BIEN PEU D'EXEMPLAIRES EN MAINS PRIVÉES.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue