EXCEPTIONNELLE TABLE À ALLONGES Bois

Lot 100
100 000 - 120 000 €
Résultat: 114 750 €

EXCEPTIONNELLE TABLE À ALLONGES Bois

EXCEPTIONNELLE TABLE À ALLONGES Bois de noyer H: 90 cm - L: 150 cm - l: 86 cm France (Bourgogne) XVIème siècle Semelles des patins postérieures, mastiquage et restaurations d'entretien La table française se métamorphose pendant la Renaissance. Inspirée de l'Italie dans sa forme et ses décors, elle nait dans le creuset de l'Ecole de Fontainebleau, où se formèrent des architectes et ornemanistes, tels Jacques Androuet du Cerceau et Hugues Sambin. A la fois table d'apparat et "morceau de sculpture", elle marque "un des sommets de l'art du meuble en France" (J.Thirion). Haute et puissante, cette table exceptionnelle se compose d'un bâti formé de deux pieds à patin reliés par une large entretoise à caisson. Son plateau se déploie grâce au mécanisme nouveau des rallonges, invention française ou flamande. Les références sont architecturales, évoquant les façades de châteaux ou de palais. Sur les patins latéraux formant pieds, s'élèvent deux colonnes au chapiteau ionique qui encadrent une niche en plein cintre (elle abritait une sculpture), et soutiennent la haute ceinture galbée. Cantonnées de consoles, elles transforment le modèle en portique en table à éventail. Ce piètement propice au décor s'habille de formes végétales et de figures fantastiques, d'une extraordinaire finesse d'exécution. Des palmettes et des fruits enrubannés courent sur la ceinture. De larges feuillages bordent les consoles affrontées qui dessinent des lyres ajourées au - dessus de l'entretoise à caisson. Des tiges de laurier s ‘enroulent sur le fût des colonnes. Quatre puissantes chimères ailées, couronnées de laurier et munies de griffes de lion, forment autant de figures hiératiques aux formes généreuses qui cantonnent les angles. Au revers une sobre arcature en plein cintre ouvre une perspective en trompe l'oeil. Le choix des motifs, la disposition harmonieuse et l'élégance du traitement, appellent la comparaison avec d'autres modèles de la même famille, issus de l'école de Fontainebleau. Le dessin de l'arcade centrale cantonnée de chimères dérive des modèles de Jacques Androuet du Cerceau, dont Hugues Sambin s' est largement inspiré. Les proportions et l'esprit de la traverse centrale, composées de volutes ajourées ne sont pas sans rappeler la table de Tart, conservée au musée des Beaux Arts de Dijon et attribuée au maître bourguignon. L'enroulement des tiges de laurier chargées de leurs baies est l'un des motifs de prédilection d'Hugues Sambin: les rameaux larges aux baies rondes font écho au même motif déployé sur la clôture de choeur de la chapelle du Parlement de Dijon. Les visages au long cou, aux grands yeux et à la bouche charnue sont traités par grandes masses, à l'image des termes de la même architecture de bois. Table remarquable, elle associe la conception bellifontaine du meuble à la virtuosité et à la délicatesse du maître dijonnais. Références: - Terme et branches de laurier de la clôture du choeur de la chapelle du palais de justice de Dijon. - Estampe, modèle de table de J. Androuet du Cerceau, BNF. - Table provenant de Tart (côte d'or), musée des Beaux arts de Dijon
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue